Les amants de la nuit - Drame de Nicholas Ray (1948) Avec Farley Granger




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:   Les amants de la nuit

Acheter une affiche de Amants de la nuit (Les)

TITRE ORIGINAL

They Live by Night

Réalisateur

Nicholas Ray

   

Acteur

Farley Granger (Bowie), Cathy O'Donnell (Keechie), Howard Da Silva (Chicamaw), Jay C Flippen (T-Dub), Helen Craig (Mattie), Will Wright (Mobley), Maria Bryant (la chanteuse du night club), Ian Wolfe (monsieur Hawkins)

   

Scénario

Charles Schnee, Nicholas Ray

   

Musique

Leigh Harline

Résumé :

Dans les années 1920, au coeur du Mississippi. Chicamaw et T-Dub, deux criminels endurcis, s'évadent d'un pénitencier en compagnie du jeune et naïf Bowie, injustement condamné. Après l'attaque d'une banque, Bowie, blessé dans un accident de voiture, est repéré par les autorités. Les fuyards se réfugient chez le frère de Chicamaw. Bowie est soigné par une jeune fille, Keechie. Les adolescents s'éprennent l'un de l'autre. Après leur mariage, ils s'apprêtent à fuir au Mexique. Mais T-Dub et Chicamaw obligent Bowie à participer à un nouveau hold-up. T-Dub y trouve la mort...

Sortie France: 14 Septembre 1951 Sortie USA: 26 Octobre 1949

Version Originale Sous-titrée

     

AMANTS DE LA NUIT (LES)

  They live by night

  Etats-Unis, 1949 

 Genre : Drame

 Durée : 95 min

 Format du film : 35mn

 Format image : 1.37

 Noir et blanc 

 Production : RKO Pictures 

 Sortie salles françaises : 14/09/1951

Acteurs :

Cathy O'Donnell (Catherine 'Keechie' Mobley)

Farley Granger (Arthur 'Bowie' Bowers)
Howard Da Silva (Chicamaw 'One-Eye' Mobley)
Jay C. Flippen (Henry 'T-Dub' Mansfield)

Réalisateur :

Nicholas Ray

Scénaristes :

Edward Anderson (roman Thieves Like Us)
Nicholas Ray
(adaptation)
Charles Schnee

Résumé express

Trois gangsters viennent de s'échapper de prison : Chicamaw (Howard Da Silv), T Dub (Jay C. Flippen) et Bowie (Farley Granger) se réfugient chez Mobley le frère de Chicamaw. Bowie y rencontre Keechie (Cathy O'Donnell), la fille de Mobley, dont il tombe amoureux. Mais les trois hommes ne peuvent rester inactifs. Ils organisent un hold-up qui se solde par un succès. Bowie décide d'utiliser l'argent qu'il a gagné pour fuir avec Keechie. Le couple vit alors quelques jours de bonheur dans un bungalow mais Chicamaw, en soif d'action, les retrouve et force Bowie à organiser un nouveau coup ...

Fraîchement évadés de prison, Bowie Chickamaw et T-Dub trouvent refuge dans un garage tenu par le frère de Chickamaw et sa fille, Keechie. Après un hold-up, Bowie (Farley Granger) est blessé dans un accident de voiture. Keechie (Cathy O'Donnell) le soigne, et les deux jeunes gens ne tardent pas à s'éprendre l'un de l'autre. Ils décident alors de s'enfuir ensemble...

les Amants de la nuit

Les Amants de la nuit

Réalisateur :

Nicholas Ray

 

Scénaristes :

Nicholas Ray

Charles Schnee

 

Acteurs :

Cathy O'Donnell

Farley Granger

Howard Da Silva

Jay C. Flippen

Helen Craig

Will Wright

 

Directeur de la

photographie :

George E. Diskant

 

Compositeur :

Leigh Harline

 

Producteur :

John Houseman

 

Analyse du Film

En 1941, Nicholas Ray rencontre John Houseman avec lequel il collabore sur des émissions de radio. Agé de trente ans, le cinéaste n'en est pas à sa première expérience dans le monde du spectacle : professeur d'art dramatique, journaliste spécialisé de la folk song, écrivain, Ray est un touche-à-tout de génie. En 1946, Houseman et Ray s'installent à New York où ils produisent une émission de télévision pour CBS ainsi qu'une comédie musicale jouée à Broadway et intitulée Lute Song. La même année, Houseman est appelé à la RKO par son ami William Dozier, chargé des productions à petits budgets. Dore Shary, qui dirige le studio, fait face aux échecs successifs de grosses productions. Il se tourne alors vers des projets de moindre ampleur. C'est à cette époque que la RKO lance de jeunes réalisateurs auxquels elle laisse une large liberté de création. Le public des salles obscures bénéficie de ce souffle artistique et découvre des œuvres fortes et indépendantes comme Crossfire de Dmytryk ou The boy with Green Hair de Losey. Dans ce contexte, Dozier et Shary demandent à Houseman de produire un film adapté du roman de Edward Anderson : Thieves like us. Le producteur accepte à la condition que son ami Nicholas Ray en assure la réalisation. Les amants de la nuit sont nés. Nicholas Ray est donc propulsé dans le grand bain du septième art avec une liberté créative qu'il retrouvera rarement au cours de sa carrière. Le roman, qui raconte le destin tragique de deux adolescents, le séduit. Il faut dire qu'on y retrouve les principaux éléments de l'univers artistique du cinéaste : l'adolescence meurtrie par la violence du monde, l'intensité destructrice des relations amoureuses, la recherche du paradis perdu ... De ce matériau, Nicholas Ray tire un premier film d'une originalité remarquable ou comme le disait Jean-Luc Godard "un film de série B pour le budget, mais de série A par l'ambition" !

Quand on voit Les amants de la nuit, on est immédiatement frappé par les deux premiers plans. Dès l'introduction, les jeunes amants sont placés dans un cadre extrêmement serré. Bowie et Keechie s'embrassent tendrement tandis que la caméra les caresse. Nicholas Ray invite le spectateur dans le paradis de ses héros. Soudain, les amants se tournent vers l'objectif, dérangés dans leur confort, ils plissent les yeux et se protègent le visage. Le paradis n'est plus, le Cinéma de Nicholas Ray peut alors exploser et exprimer cette perte. Deuxième plan : une voiture filmée depuis un hélicoptère file à vive allure sur une route désertique. Des hommes en sortent et courent sur le sol aride de l'Amérique. Dans cette séquence, Ray donne une vision de l'urgence dans laquelle vivent ses héros, et du mouvement de fuite qui caractérise leur vie. En deux séquences, Ray se définit comme un cinéaste du contraste. Contraste entre la réalité imposée par la société et l'idéal derrière lequel ses héros ne cessent de courir. Pour Bowie comme pour Jim Stark (Rebel without a Cause), le paradis est d'abord celui de l'enfance. Une enfance meurtrie lorsque après avoir assassiné l'amant de sa mère, son père se retrouve en prison. L'absence de modèle paternel le prive de repères, de toutes formes de limite et l'envoie en prison à l'âge de seize ans. Après sept années d'incarcération, Bowie s'évade en quête d'un paradis perdu. Instinctivement, il cherche à reconstruire une structure familiale auprès de Keechie. Mais chez Nicholas Ray, la reconstruction du paradis n'est qu'un mythe. Ray est le cinéaste des illusions perdues ; dans ses œuvres l'idéalisme est broyé sans la moindre résistance et, en dehors du cocon amoureux, le monde concourt à la destruction du héros. La violence est omniprésente, il n'y échappera pas.

La société est violence : toute réussite n'est que matérielle. Pendant le récit, on constate que les personnages se concentrent sur un objectif unique : amasser de l'argent. L'argent qui va les corrompre et les pousser vers des extrêmes. Ainsi, Bowie aurait pu rester auprès de Keechie après le premier cambriolage. Pourtant Chicamaw les retrouve : l'argent manque, il faut de nouveau prendre des risques. Bowie essaie alors de résister, tente un refus. En réponse à cet affront, il reçoit des gifles, des menaces et doit se plier à la logique humaine. Bowie lui-même, vit dans cet idéal du billet vert : en s'agrippant à sa sacoche de billets, il imagine qu'il est protégé. Le dieu dollar lui permet de vaincre sa peur, god bless America.

Les Amants de la nuit est une oeuvre qui décrit la cruauté des hommes. En dehors de nos deux héros, aucun personnage ne ressent de compassion. Tous semblent se détruire. A ce titre, Chicamaw est fascinant : avec son œil mort et sa trogne patibulaire, il incarne un démon qui attirera la violence et précipitera le destin de Bowie. Après le premier hold-up, il achète une voiture et fait une course avec Bowie. Son comportement puéril provoque un accident et Bowie se blesse. Un flic arrive pour constater l'infraction, Chicamaw lui tire dessus sans hésiter. La majorité des réalisateurs auraient filmé cet acte en cadrant le tueur et (ou) la victime. Quand le coup de feu retentit, Ray décide de poser sa caméra sur le visage de Bowie qui, aux yeux de Nicholas Ray, est la principale victime du coup de feu. Choqué, le jeune homme prend la mesure des actes de Chicamaw. Il va devoir retrouver Keechie et fuir … Tourné vers l'action, Chicamaw ne sait pas s'arrêter et s'esclaffe : "J'ai besoin d'action, gare à ceux qui me barreront la route". Remarquablement interprété par Howard da Silva, il rappelle Joe Fabrini (George Raft) dans They Drive by Night, ce héros Walshien toujours en action. Une seule chose les différencie : la grandeur d'âme. Chez Ray, l'homme tourné vers l'action est mal considéré, il leur préfère les personnages dans l'introspection, ceux qui doutent. Pour conclure sur cette comparaison, il est amusant de remarquer la différence symbolique entre les deux titres : chez Ray les héros vivent ou au moins tentent de le faire (They live by Night) tandis que chez Walsh ils vont sans cesse de l'avant quitte à briser tous les obstacles (They drive by Night). En dehors des personnages principaux, ceux que rencontre Bowie font également preuve de violence. Une violence au sens large, tant psychologique que physique : le prêtre qui les marie ne pense qu'à l'argent ("I rent a ring for one dollar, I sell it for five"), le vieux plombier qui vient réparer une fuite dans le bungalow et qui les dénonce, la mère qui laisse crier son enfant dans le bus et l'abandonne dans les bras de Bowie, et enfin Mattie, l'amie de Keechie, qui trahit le couple… Tous ces protagonistes participent au sentiment d'inconfort dans lequel évoluent nos héros. Bowie ne retrouvera pas le paradis perdu, c'est une évidence. Mais Ray n'est pas un artiste totalement dénué d'espoir. Les Amants de la nuit laisse une lueur de vie symbolisée par l'enfant que Keechie attend et dans lequel Bowie fonde tous ces derniers espoirs : " Take care of him " écrit-il dans sa dernière lettre ...

Les amants de la nuit
They Live by Night

1947, États-Unis, 95 min, Noir & Blanc

Réalisation

 

Nicholas Ray

Scénario

 

Charles Schnee, d'après Edward Anderson

Photographie

 

George Diskant

Musique

 

Leight Arline

Production

 

John Houseman / RKO

Interpretation

 

Cathy O'Donnell, Farley Granger, Howard Da Silva, J. C. Flippen

Les Amants de la nuit est une histoire d'amour. Une des plus belles du Cinéma. C'est l'histoire d'un garçon et d'une fille amoureux de l'amour qu'ils se vouent. Ce devrait être un film noir, une série B, c'est un film superbement romantique, rare, flamboyant dans son noir & blanc écrin. Vision onirique de la jeunesse contrainte de fuir face à l'incompréhension du monde. Comment a Boy and a Girl font-ils pour s'aimer dans un monde qui leur est hostile ? Ils fuient. En avant, toujours en avant quand on n'a pas vingt ans. Ils fuient, les gangsters et la police. Ils fuient, la fureur de vivre calée au ventre. Il s'est évadé de taule. Elle a grandi trop tôt. La vie les rattrape. Trop tard. Le poète de la nuit qui tombe, comme un Ray de lumière, inventait le road movie, alors que Kerouac vivait Sur la route, et laisse exploser à l'écran sa poésie, saisissant en chacun de nous la part de révolte juvénile, celle qui n'a pas de cause.

Distribution Artistique de "Les Amants de la nuit"

 

  Cathy O'Donnell   ..........  Catherine 'Keechie' Mobley 

  Farley Granger   ..........  Arthur 'Bowie' Bowers 

  Howard da Silva   ..........  Chicamaw 'One-Eye' Mobley 

  Jay C. Flippen   ..........  Henry 'T-Dub' Mansfield 

  Helen Craig   ..........  Mattie Mansfield 

  Will Wright   ..........  Mobley 

  Marie Bryant   ..........  Nightclub Singer 

  Ian Wolfe   ..........  M. Hawkins, le propriétaire de la chapelle des mariages 

  William Phipps   ..........  un jeune fermier 

  Harry Harvey   ..........  Hagenheimer, le banquier 

  Jane Allen   ..........  une femme (non crédité) 

  Paul Bakanas   ..........  les ombres (non crédité) 

  Guy Beach   ..........  Rudy, le plombier (non crédité) 

  Regan Callais   ..........  la jeune épouse (non crédité) 

  Lewis Charles   ..........  le gardien du parking (non crédité) 

  Curt Conway   ..........  l'homme en costume (non crédité) 

  Suzi Crandall   ..........  Lulu (non crédité) 

  Helen Crozier   ..........  l'infirmière (non crédité) 

  Boyd Davis   ..........  Herman Hawkins (non crédité) 

  Gail Davis   ..........  la fille au parking (non crédité) 

  Jimmy Dobson   ..........  le garçon au parking (non crédité) 

  Ralph Dunn   ..........  un policier (non crédité) 

  Frank Ferguson   ..........  le minable (non crédité) 

  Dan Foster   ..........  un groom (non crédité) 

  Byron Foulger   ..........  M. Lambert, propriétaire de la cabane (non crédité) 

  Fred Graham   ..........  un motard de la police (non crédité) 

  Eula Guy   ..........  Mme Haviland (non crédité) 

  N.L. Hitch   ..........  le chauffeur du bus (non crédité) 

  Teddy Infuhr   ..........  Alvin Lambert (non crédité) 

  J. Louis Johnson   ..........  le portier des toilettes (non crédité) 

  Chester Jones   ..........  le serveur du Nightclub (non crédité) 

  Tom Kennedy   ..........  un flic (non crédité) 

  Kate Drain Lawson   ..........  Tillie (non crédité) 

  William A. Lee   ..........  le bijoutier (non crédité) 

  Frank Marlowe   ..........  Robert Mansfield, le mari de Mattie (non crédité) 

  Myra Marsh   ..........  Mme Schaeffer (non crédité) 

  Marilyn Mercer   ..........  la mariée (non crédité) 

  Charles Meredith   ..........  Commissaire Hubbell (non crédité) 

  Carmen Morales   ..........  la mère dans le bus (non crédité) 

  Jimmy Moss   ..........  le garçon du bus (non crédité) 

  Jim Nolan   ..........  Schreiber (non crédité) 

  Stanley Prager   ..........  le petit homme d'église (non crédité) 

  Erskine Sanford   ..........  le médecin (non crédité) 

  Mickey Simpson   ..........  les ombres (non crédité) 

  Russ Whiteman   ..........  un homme (non crédité) 

  Lynn Whitney   ..........  une serveuse (non crédité) 

  Douglas Williams   ..........  l'homme ivre (non crédité) 

Distribution Technique de "Les Amants de la nuit"

 

  Réalisation 

  Nicholas Ray 

  Ecriture 

  Charles Schnee 

  Edward Anderson   ..........  d'après son roman 'Thieves Like Us' 

  Nicholas Ray   ..........  adaptation 

  Production 

  Dore Schary   ..........  producteur exécutif 

  John Houseman   ..........  producteur 

  Montage 

  Sherman Todd 

  Photographie 

  George E. Diskant 

  Musique 

  Don Raye   ..........  chanson 'Your Red Wagon' 

  Leigh Harline 

  Gene de Paul   ..........  chanson 'Your Red Wagon' (sous le nom Gene DePaul) 

  Richard M. Jones   ..........  chanson 'Your Red Wagon' 

  Woody Guthrie   ..........  (non crédité) 

  Costumes 

  Adele Balkan   ..........  (non crédité) 

  Décors 

  Maurice Yates 

  Darrell Silvera 

  Maquillage 

  Gordon Bau   ..........  superviseur 

  Helen Grizuk   ..........  styliste coiffure (non crédité) 

  Direction artistique 

  Albert S. D'Agostino 

  Alfred Herman   ..........  (sous le nom Al Herman) 

  Assistant réalisation 

  James Lane   ..........  assistant réalisateur 

  Son 

  John L. Cass   ..........  (sous le nom John Cass) 

  Clem Portman 

  Effets spéciaux 

  Russell A. Cully 

 

De gauche à droite : Cathy O'Donnell,  Farley Granger

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Un autre extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :   DVD.19.Q.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 8
Aujourdhui : 133
Ce mois : 14 996
depuis le 24/11/10 : 702 026

joomla statistics

View My Stats