La traversée de Paris - Un Film de Claude Autant-Lara - 1956 - Avec Jean Gabin et Bourvil




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:      La traversée de Paris

La traversée de Paris

Réalisateur

Claude AUTANT-LARA

Année

1956

Nationalité

Français   Extrait vidéo du film

Genre

Comédie Dramatique

Durée

1H20

Acteurs principaux

Robert ARNOUX, Jeannette BATTI, BOURVIL, Louis DE FUNES, Anouk FERJAC, Jean GABIN, Bernard LAJARRIGE

Date de sortie : 26 Octobre 1956

Secrets de tournage

Bourvil aime Aymé

C'est la deuxième fois que Bourvil incarne un des héros de Marcel Aymé. En 1950, il avait été La Jument verte, réalisé aussi par Claude Autant-Lara.

Un choix difficile

Marcel Aymé était en total désaccord sur le choix de Bourvil. A tel point que le réalisateur accepta de renoncer à la couleur s'il pouvait garder l'acteur. Après la sortie du film, l'écrivain reconnut que c'était la meilleure adaptation qu'on ait faite d'une de ses oeuvres. De plus, Bourvil reçut le Prix d'interprétation à la Mostra de Venise en 1956.

Les acteurs :

Grandgil

 

Jean Gabin

 

Marcel Martin

 

Bourvil

 

Jambier

 

Louis De Funès

 

Marchandot

 

Robert Arnoux

 

Mme Marchandot

 

Myno Burney

 

le patron du café Belotte

 

Jean Dunot

 

la jeune fille

 

Anouk Ferjac

 

Scénariste

 

Jean Aurenche

Pierre Bost

 

Producteur

 

Henry Deutschmeister

 

Production

 

Franco London Films, France
Compositeur

 

René Cloërec

 

Directeur de la photographie

 

Jacques Natteau

 

Monteur

 

Madeleine Gug

 

D'après l'oeuvre de

 

Marcel Aymé

 

            

Comédie
Réalisation :
Claude Autant-Lara
Distribution : Jean Gabin, Bourvil, Jeannette Batti
France
Durée 80'
1956


Noir & Blanc

L'histoire :

Martin est chauffeur de taxi. Mais, à Paris en 1943, la pénurie d'essence ne facilite pas le métier. Il risque donc sa vie pour la gagner en transportant clandestinement des denrée destinées au marché noir. Puisque son coéquipier habituel a été arrêté, Martin en dégote un autre : c'est Grandgil, un peintre. L'épicier Jambier leur confie un cochon entier, réparti dans quatre valises qu'ils doivent transporter à l'autre bout de Paris. La folle traversée commence.

Restituant à merveille le climat oppressant de la capitale occupée - notamment par l'aspect verdâtre que donne le tirage du négatif en noir et blanc sur de la pellicule couleur - "la Traversée de Paris" porte un regard sans concession sur l'opportunisme et la cupidité ou, au contraire, la servilité de ses personnages et offre à Jean Gabin un personnage cynique et agressif tout à fait inattendu.

Synopsis :

Dans le Paris de l'Occupation, Martin transporte des valises de viande pour le marché noir. Au cours d'une de ses nuits, il rencontre un certain Grangil qui décide de l'accompagner dans ses pérégrinations...

       Claude Autant-Lara

Claude Autant-Lara

Réalisateur, Acteur, Directeur artistique, Scénariste français

Né le 5 Août 1903 à Luzarches, France
   Décédé le 5 Février 2000 à Antibes, France

        Jean Gabin

Jean Gabin

Acteur français

Né le 17 Mai 1904 à Paris (France)
       Décédé le 15 Novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine (France) (Crise cardiaque)

Biographie :

Acteur

Il fut marié à l'actrice Gaby Basset et à la meneuse de revue Jeanne Mauchain. Il sera l'amant de Marlène Dietrich pendant un temps, avant d'épouser Christiane Founier, mannequin chez Lanvin, en 1949. De ce mariage, il aura trois enfants : Florence (devenue scripte), Valérie et Mathias.

Prix et récompenses :
- 1951 : Coupe Volpi du meilleur acteur au Festival de Venise (La Nuit est mon royaume)
- 1954 : Coupe Volpi du meilleur acteur au Festival de Venise (Touchez pas au Grisbi et L'Air de Paris)
- 1958 : Nominé pour le British Academy Award du meilleur acteur étranger (La Traversée de Paris)
- 1959 : Ours d'argent du meilleur acteur au Festival de Berlin (Archimède le clochard)
- 1960 : Nominé pour le British Academy Award du meilleur acteur étranger (Maigret tend un piège)
- 1971: Ours d'argent du meilleur acteur au Festival de Berlin (Le Chat)
- 1987 : César d'honneur

Profil :
Comme le titre si justement Claude Gauteur et Ginette Vincendeau dans leur ouvrage-hommage à l'acteur, Jean Gabin est un mythe. Il fait ses premiers pas dans le Cinéma parlant avec Méphisto (1930). De rôles de bons garçons en mauvais dans Paris-béguin et Coeur de lilas (1931), c'est Julien Duvivier qui lui offre ses premières lettres de noblesses dans La Bandera (1935), La Belle Equipe puis Pépé le Moko (1936). Ses rôles, souvent assez durs, sont imprégnés de sa condition d'ouvrier. Il sera soldat dans La Grande Illusion (1937), déserteur dans Le Quai des brûmes et cheminot dans La Bête humaine (1938).
Réfugié aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale, il y joue le pêcheur amoureux dans la comédie dramatique La Péniche de l'amour d'Archie Mayo (1942), puis dans le film de guerre de Julien Duvivier (éxilé lui aussi), L'Imposteur (1994).
A son retour en France, c'est le choc : l'acteur a les cheveux blancs. Et ce n'est qu'avec Touchez pas au Grisbi en 1954 qu'il retrouve véritablement les bonnes grâces du public français. Et il les conservera pendant encore vingt ans, passant d'un rôle de tenancier de cabaret dans French Cancan (1954), à celui de chef de bande dans La Cave se rebiffe (1961), Mélodie en sous-sol (1962) et Le Clan des Siciliens (1969).
Jean Gabin sera également un des Commissaire Maigret les plus connus à travers Maigret tend un piège (1957), Maigret et l'affaire du Saint Fiacre (1959) et Maigret voit rouge (1963).

FILMOGRAPHIE SELECTIVE :

Le premier long métrage :
Mephisto de Henri Debain et Nick Winter (1930).

Consécration :
Pépé le Moko de Julien Duvivier (1936).

Incontournables :
- Pépé le Moko de Julien Duvivier (1936).
- La Grande Illusion de Jean Renoir (1937).
- Quai des brumes de Marcel Carné (1938).
- La Bête humaine de Jean Renoir (1938).
- Le Jour se lève de Marcel Carné (1939).
- La Vérité sur Bébé Donge de Henri Decoin (1951).
- Le Plaisir de Max Ophuls (1951).
- Touchez pas au Grisbi de Jacques Becker (1954).
- French Cancan de Jean Renoir (1954).
- La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara (1956).
- Maigret tend un piège de Jean Delannoy (1957).
- Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1958).
- Les Grandes familles de Denys de La Patellière (1958).
- Maigret et l'affaire du Saint Fiacre de Jean Delannoy (1959).
- Maigret voit rouge de Gilles Grangier (1963).
- Le Clan des Siciliens de Henri Verneuil (1969).
- Le Chat de Pierre Granier-Deferre (1970).

Insolite :
Son rôle de retraité haineux dans Le Chat de Pierre Granier-Deferre (1970) lui aura permit, à l'aube de sa carrière, de casser l'image de patriarche docile qu'il s'était faite dans ses derniers films.

Le saviez-vous ?
- Le tournage de Pour l'amour du ciel de Luigi Zampa (1950) s'éffectua en Italie. Jean Gabin y joue un homme d'affaire revenu sur terre pour se racheter de ses péchés au côté de Mariella Lotti.

- Jean Gabin a tourné dans de nombreuses adaptations des romans de Georges Simenon : La Marie au port de Marcel Carné (1949), La Vérité sur bébé Donge de Henri Decoin (1951), Le sang à la tête de Gilles Grangier (1956), En cas de malheur de Claude Autant-Lara (1957), Maigret tend un piège (1957), Maigret et l'affaire du Saint Fiacre (1959) et Le Baron de l'écluse (1960) de Jean Delannoy, Le Président de Henri Decoin (1961), Maigret voit rouge de Gilles Grangier (1963), et Le Chat de Pierre Granier-Deferre (1970).

- Annie Cordy a participé à l'élaboration du scénario du Chat de Pierre Granier-Deferre.

- Mériel, la commune où Jean Gabin avait passé son enfance, a ouvert un musée dédié à l'acteur en 1992.

         Bourvil

Bourvil

Acteur français

Né le 27 Juillet 1917
          Décédé le 23 Septembre 1970

Biographie :

Après des essais désastreux dans des cabarets, il débute au Cinéma en 1945, dans "la Ferme du pendu", de Jean Dréville, et enchaîne succès sur succès avec des réalisateurs comme H. G. Clouzot, André Hunebelle, Claude Autant-Lara, Marc Allégret, Christian-Jaque, Gérard Oury ou encore Jean-Pierre Melville. Il a également brillé sur scène, dans des comédies ou des opérettes. Il s'éteindra quelques jours seulement après la fin du tournage du "Cercle Rouge"...

     Louis De Funès

Louis De Funès

Réalisateur, Acteur, Scénariste français

Né le 31 Juillet 1914 à Courbevoie (France)
   Décédé le 27 Janvier 1983 à Nantes (France)

Biographie :

Acteur, réalisateur, scénariste

Après avoir épousé Germaine Elodie Carroyer en 1936, il se marie une seconde fois avec Jeanne Barthélémy de Maupassant, la petite nièce de l'écrivain. Leur fils Olivier jouera dans quelques films avec son père (Le Grand restaurant, Sur un arbre perché).

Prix et récompenses :
- 1980 : César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière

Profil :
La première partie de la carrière de Louis de Funès sera extrêmement laborieuse. Il joue une multitude de seconds rôles parmi lesquels le valet de chambre de La vie d'un honnête homme de Sacha Guitry (1952). Mais rien n'y fait. En 1956, il obtient un début de reconnaissance dans La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara (1956), où il joue aux côtés de Jean Gabin et Bourvil.
Mais ce n'est en fait qu'au début des années 1960, avec une pièce de théâtre (Oscar) et un film (Pouic-Pouic de Jean Girault) que Louis de Funès est véritablement lancé. A l'époque, il a déjà 50 ans. Et qui aurait cru que le succès puisse être au rendez-vous si tard ?.. Hunnebelle lui propose alors de poursuivre Fantômas (alias Jean Marais) pendant trois épisodes. Après Le Corniaud, Gérard Oury propose un nouveau rôle à De Funès, celui d'un désigné résistant. Et ce sera le succès de La Grande Vadrouille, un film qui, avec plus de 17 millions d'entrées, se place en pôle position des meilleures fréquentations (jusqu'à en être détrôné par le Titanic de James Cameron en 1998).
A partir de là, De Funès articule sa carrière autour de deux axes : l'axe Gérard Oury et l'axe Jean Girault. Ce dernier lui offre encore un rôle d'anthologie dans la peau de l'inspecteur Cruchot et cinq aventures du Gendarme. Il joue aussi dans Jo, La Soupe aux choux et réalise avec lui L'Avare, l'adaptation de la pièce de Molière. Dans cette période faste, le petit acteur teigneux tourne également La Folie des grandeurs Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury, et L'Aile ou la cuisse et La Zizanie de Claude Zidi (1977).

FILMOGRAPHIE SELECTIVE :

Le premier long métrage :
La Tentation de Barbizon de Jean Stelli (1945).

Consécration :
La Grande vadrouille de Gérard Oury (1966).

Incontournables :
- Pouic-Pouic de Jean Girault (1963).
- Le Gendarme de Saint-Tropez de Jean Girault (1964).
- Fantômas d'André Hunnebelle (1964).
- Le Corniaud de Gérard Oury (1965).
- Fantômas se déchaine d'André Hunnebelle (1965).
- Fantômas contre Scotland Yard d'André Hunnebelle (1966).
- La Grande vadrouille de Gérard Oury (1966).
- Le Grand restaurant de Jacques Besnard (1966).
- Le Petit baigneur de Robert Dhéry (1967).
- Les Grandes vacances de Jean Girault (1967).
- Oscar d'Edouard Molinaro (1967).
- Le Tatoué de Denys de La Patellière (1968).
- Le Gendarme se marie de Jean Girault (1968).
- Hibernatus d'Edouard Molinaro (1969).
- L'Homme orchestre de Serge Korber (1970).
- Jo de Jean Girault (1971).
- La Folie des grandeurs de Gérard Oury (1971).
- Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury (1973).
- L'Aile ou la cuisse de Claude Zidi (1976).
- La Zizanie de Claude Zidi (1977).
- L'Avare de Jean Girault et Louis de Funès (1980).
- La Soupe aux choux de Jean Girault (1981).
- Le Gendarme et les gendarmettes de Jean Girault et Tony Aboyantz (1982).

Insolite :
L'Avare, sa seule réalisation, et une adaptation de la pièce de Molière particulièrement fidèle à l'original.

Louis de Funès vu par :
Jean Marais :
"De tous les acteurs, De Funès aura été le seul que je n'ai pas aimé. C'était un emmerdeur, un vrai. Sauf avec moi, car il avait bien trop peur que je lui casse la gueule !"

Le saviez-vous ?
- Louis de Funès a suivit les cours d'art dramatique de René Simon.

Observation

Martin sort du bar et essaie de rappeler sa petite amie. Ne la voyant pas revenir, il retourne d'un pas décidé vers l'entrée du bar. Il n'a que quatre pas à faire pour atteindre la porte. Après les deux premiers pas, le plan change sur Grandgil à l'intérieur du bar, qui va sortir. La scène dure plus de dix secondes. En sortant, Grandgil tombe nez à nez sur Martin, qui a donc mis 2 secondes pour les deux premières foulées, et ...15 secondes pour les deux dernières...

10e minute

Continuité

Martin pose ses valises (blanche à gauche et noir à droite). Sur le plan suivant, elles sont inversées.

44e minute

Tournage

Martin et Grandgil sont chez Mariette. On voit un technicien empêchant que la porte se ferme totalement.

44e minute

Acteurs /Actrices

 Jean Gabin

 

..............

 Grandgil

 Bourvil

 

..............

 Marcel Martin

 Louis de Funès

 

..............

 Jambier

 Myno Burney

 

..............

 Mme Marchandot

 Anouk Ferjac

 

..............

 la jeune fille

 Jean Dunot

 

..............

 Patron du café

 Robert Arnoux

 

..............

 Marchandot

Jeannette Batti

 

..............

 Mariette

 Georgette Anys

 

..............

 Patronne du cafe

 Laurence Badie

 

..............

 La serveuse

 Germaine Delbat

 

..............

 Fille de joie

 Monette Dinay

 

..............

 Mme Jambier

 Bernard La Jarrige

 

..............

 Agent de police

Jacques Morin

 

..............

 

 Hubert de Lapparent

 

..............

 

 Hans Verner

 

..............

 

 Hugues Wanner

 

..............

 

 Yvette Cuvelier

 

..............

 

 Béatrice Arnac

 

..............

 

 Paul Barge

 

..............

 

Jeannette Batti

Jeannette Batti

Résumé express

Paris, 1943. A cause d'une pénurie d'essence, Martin ne peut plus exercer son métier de chauffeur de taxi. Aussi se lance-t-il dans le marché noir en transportant de la viande la nuit dans les rues de la capitale. Lorsque son coéquipier se fait arrêter, Martin rencontre Gangdil, un artiste peintre qui accepte de l'aider.

Synopsis :

A Paris sous l'occupation Marcel Martin ( Bourvil) 'fait du marché au noir, il transporte des morceaux de cochon à travers Paris, mais un jours il croise Grandgil, un peintre (célèbre, Jean Gabin)et cette rencontre les amènent chez Jambier (Louis de Funès), ou Grandgil impose une tonnante surenchère!!

                               

Autres titres :


LA TRAVERSATA DI PARIGI (1956) [Italie]
PIGS ACROSS PARIS (1956) [Grande-Bretagne]
FOUR BAGS FULL (1956) [Etats-Unis]
QUER DURCH PARIS [Allemagne]
MUSTAA LIHAA PARIISISSA [Finlande]
SVART KÖTT I PARIS [Suède]
UN CERDO A TRAVES DE PARIS [Mexique]
CZARNY RYNEK W PARYZU (1957) [Pologne]
LA TRAVESÍA DE PARÍS [Espagne]
ZWEI MANN, EIN SCHWEIN UND DIE NACHT VAN PARIS (1956) [Allemagne]
STRABATÎND PARISUL [Roumanie]

Tournage :
Du 7 avril au 9 juin 1956, à Paris et aux Studios Franstudio

Résumé :

Bourvil et Jean Gabin

Année: 1956

Origine: France

Réalisation: Claude Autant-Lara

Scénario: Jean Durenche, Pierre Bost

D'après la nouvelle de Marcel Aymé,

Parue dans le recueil "Le vin de Paris"

Images : Jacques Natteau

Musique: René Cloarec

Genre: Drame

Durée: 80 min.

Résumé

En 1943 à Paris, Martin, chauffeur de taxi en chômage, fait des transports clandestins de viande pour le marché noir. Après avoir joué de l'accordéon pour couvrir les cris du cochon que l'épicier égorge, il rejoint sa femme Mariette au restaurant, où il apprend que son coéquipier habituel a été arrêté. Sur ces entrefaites, un inconnu entre dans le restaurant. Martin invite l'inconnu, Grandgil, à s'asseoir à sa table et lui propose de travailler avec lui. Grandgil et son compagnon, chargés de quatre lourdes valises, vont devoir traverser tout Paris, malgré les dangers. Son coéquipier se révèle être artiste peintre. Célèbre et riche, il n'a accepté de participer à cette aventure que par goût du risque et du sport. Une patrouille allemande les arrête et les conduit à la Kommandantur, où un officier amateur de peinture reconnaît l'artiste. Seul Martin sera déporté.

Un extrait Vidéo             Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement: DVD.17.M.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 4
Aujourdhui : 511
Ce mois : 11 483
depuis le 24/11/10 : 822 404

joomla statistics

View My Stats