L’affaire Marcorelle - 2000 - Un Film de Serge Le Peron - Avec Jean-Pierre Léaud




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film :    L'affaire Marcorelle

Réalisateur

Serge LE PERON

Année

2000

Nationalité

Français  

Genre

Comédie Dramatique

Durée

1H34

Acteurs principaux

Mathieu AMALRIC, Irène JACOB, Philippe KHORSAND, Jean-Pierre LEAUD

  

Jean-Pierre Léaud

François Marcorelle

Hélène Surgere

Mlle Pingaux

Irène Jacob

Agneska

Mathieu Amalric

Fourcade

Philippe Khorsand

Georges

Dominique Reymond

Claudie Marcorelle

Producteur exécutif

Daniel Toscan du Plantier

Format du son : Dolby
Format de projection : 1:33.1
Format de production : 35 mm
Tourné en Français

Thriller


Réalisation :
Serge Le Peron


Distribution : Irène Jacob, Mathieu Amalric, Jean Pierre Léaud


France


Durée 96'


2000

Couleurs

L'histoire :

Marié et père de famille, le juge d'instruction François Marcorelle, à Chambéry, est invité chez la serveuse Agnieska. Ses gémissements provoquent l'arrivée de Janusz, un fou furieux que le juge tue en défendant la jeune femme. Il apprend le lendemain que l'immeuble est inhabité depuis un an, tandis qu'Agnieska a disparu. Troublé, Marcorelle doute, croit à un cauchemar, et se sent impuissant.

Entre rêve éveillé et réalité cauchemardesque, Jean Pierre Léaud soutient la sombre étrangeté du film par son interprétation tourmentée d'un ancien gauchiste devenu notable. Le réalisateur veut ce personnage représentatif d'une génération qui culpabilise d'avoir renoncé à ses illusions de jeunesse, à une vie meilleure dans un monde plus juste.

Un juge de province, ex-gauchiste rongé par une culpabilité chronique, entame une liaison sentimentale à hauts risques avec une prostituée polonaise.

Malgré ses longueurs le film séduit par son ton qui rappelle le Cinéma des années 70 et par l'excellent Jean-Pierre Léaud.

A la fin d'une soirée de solitude, François Marcorelle, juge d'instruction a Chambéry, se retrouve dans la chambre d'une jeune Polonaise rencontrée dans un restaurant turc de la ville. Et la, il commet un meurtre. Du moins le croit-il. Car, pour son ami Georges, il s'agit seulement d'un de ces cauchemars dont il est coutumier. Le pur produit du sentiment de culpabilité qui le ronge depuis toujours et qui donne des armes a ses adversaires au palais. Mais cette fois, François Marcorelle sent qu'il n'a pas rêve. Un après-midi, il retrouve la jeune femme par hasard.

    

Anecdotes :

Serge Le Péron, réalisateur
Documentariste et réalisateur de fictions, Serge Le Peron a réalisé Laisse beton (1984) et le documentaire L'Olivier (co-réalisé) pour le Cinéma.
Il a été membre du comité de rédaction des Cahiers du Cinéma de 1976 à 1984, et chroniqueur-réalisateur au magazine Cinéma Cinéma.


Marcorelle à Cannes
L'affaire Marcorelle a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs lors du Festival de Cannes 2000.

Serge Le Péron et le militantisme
" Je crois vraiment qu'on ne devient pas militant sans être travaillé par des choses étranges et profondes, des tourments qui ne sont pas uniquement d'ordre politique. Si on n'est pas hanté par ces choses, trente ans après, c'est qu'on les inventait au moment où on était militant. Je voulais articuler le récit autour d'un "cas" : celui d'un homme appartenant à cette génération qui a rêvé de changer le monde, et qui, aujourd'hui, comme la plupart de ses camarades de l'époque est devenu un notable. "

Un hommage à Lon Chaney
Les cinéphiles apprécieront dans le film les références au Le Fantome de l'Opéra (The Phantom of the Opera) de Tod Browning (et achevé par Rupert Julian), où Lon Chaney tenait le rôle principal. Surnommé "l'homme au mille visages", cet acteur américain excellait dans l'art du transformation, ce qui lui permit de s'imposer rapidement comme l'une des figures marquantes du Cinéma d'horreur et du mélodrame muets. Ses collaborations avec Tod Browning, dix au total (dont L'oiseau noir en 1926, La Route de Mandalay (The Road to Mandalay) en 1926 et L'Inconnu (The Unknown) en 1927) comptent parmi les sommets de sa carrière, qui ne comprend qu'un seul film parlant, Le Club des trois (1930), remake plan par plan du film homonyme de Tod Browning, où Chaney reprenait son rôle.

Un extrait Vidéo               Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :      DVD.6.L.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 9
Aujourdhui : 624
Ce mois : 12 534
depuis le 24/11/10 : 686 105

joomla statistics

View My Stats