Les Liaisons Dangereuses - Un Film de Roger Vadim - 1959 - Avec Gérard Philipe


Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24

















         "Translation"  "Astuce"       Un extrait vidéo de ce film  Nuages de mots-clés     

Les liens et les images du tableau ci-dessous s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre (sauf l'affiche du film qui vous dirige vers un extrait vidéo)





Les liaisons dangereuses (de Roger Vadim)

    

Vous pouvez bookmarquer la page en survolant    

Les Liaisons dangereuses (film, 1959)

Les Liaisons dangereuses est un film français, réalisé
par Roger Vadim, sorti sur les écrans en 1959 avec
Gérard Philipe, Jeanne Moreau
Annette Stroyberg (Annette Vadim épouse de Roger Vadim)
Jean-Louis Trintignant, Boris Vian…

Ce film est une adaptation du grand classique, le roman
Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos.

Sortie(s) : 09 septembre 1959 (France)18 décembre 1961 (USA)

Synopsis :

Les très séduisants Vicomte Valmont et son épouse
Juliette de Merteuil, joués par Gérard Philipe et Jeanne
Moreau au sommet de leur beauté et de leur jeunesse n'ont
qu'un plaisir, s'aimer et " s'amuser " à détruire les âmes
des autres en détruisant les couples au jeux pervers de
la " séduction / destruction " froide et préméditée où ils
sont maîtres. Ils s'attaquent orgueilleusement surtout aux
individus les plus solides de vertu et de morale et les plus
difficiles à dépraver en usant de tout leur savoir-faire en
la matière et haut pouvoir de séduction et de dépravation de
façon cynique et préméditée jusqu'à ce que, à force de
destruction d'autrui, leurs jeux finissent par les
détruire eux-mêmes ...

Fiche technique :

Réalisation : Roger Vadim 

Scénario : Roger Vadim, Claude Brulé et Roger Vailland, adapté
du roman éponyme de Laclos. 

Dialogue : Roger Vailland 
Assistant réalisateur : Jacques Poitrenaud 
Production et Distribution : Les Films Marceau 
Chef de production : Edmond Ténoudji 
Directeur de production : Léopold Schlosberg 

Musique originale : Art Blakey's jazz Messengers
Thelonious Monk, Jack Murray, Barney Wilen 

Images : Marcel Grignon 
Opérateur : Raymond Lemoigne 
Son : Robert Biart 
Montage : Roger Mercanton 
Décors : Robert Guisgand 
Maquillage : Jean Ulysse 
Photographe de plateau : Serge Beauvarlet 
Script-girl : Suzanne Durrenberger 
Régisseur général : Michel Choquet 
Tournage du 23 Février au 30 Avril 1959 
Costumes : 
Film français 
Format : 35mm, noir et blanc 
Son: Dolby 
Durée : 105 mn 
Genre : drame 
Date de sortie : 09/09/1959

Distribution :

Gérard Philipe : Valmont, brillant diplomate 
Jeanne Moreau : Juliette Valmont, sa femme 
Jeanne Valérie : Cécile Volange 

Annette Stroyberg : Marianne Tourvel
(Annette Vadim épouse de Roger Vadim) 

Simone Renant : Mme Volange, mère de Cécile 
Jean-Louis Trintignant : Danceny 
Nicolas Vogel : Jerry Court 
Madeleine Lambert : Mme Rosemonde 
Boris Vian : Prévan 
Gillian Hills : Une amie de Cécile 
Paquita Thomas : Nicole. 
Serge Marquand : Un skieur 
Renée Passeur: une invitée des Valmont 
François Perrot : un invité des Valmont 
Frédéric O'Brady  : Un diplomate 
Alexandra Stewart: Une amie de Miguel 
Raymond Jourdan  : un invité des Valmont 
Michel Dacquin  : un invité des Valmont 
Jacques Hilling : Un invité des Valmont 
Jean-Pierre Zola : réceptionniste de l'hôtel à Deauville 
Guy Henry  : un inspecteur 

Lydia Lester  : doublure de
Jeanne Moreau (séquence du feu) 

Yves Barsacq 
Lisa Jouvet 
Pierre Durou 
Jean-Pierre Laverne 
Jacques Brizzio

Point de vue immoral du film :

« Une forteresse imprenable est une forteresse mal attaquée ».

Valmont désireux de venger sa femme Juliette véritable
vipérine éconduite par son amant se détourne de sa mission afin
d’assiéger la vertueuse Marianne.

Roger Vadim a lancé depuis 1956 avec Et Dieu… créa la femme un
énorme chantier destiné à élaborer un cinéma libre qui dénoue
les liens cérébraux et libère les corps privés de lumières pervers ...

Les nudités tout en restant chastes se montrent. Les âmes font
connaissances avec le territoire de la perversité. Le jazz fait
tournoyer les couples au fond de caves enfumées. Le mot d’ordre
est de séduire de manière immorale, bousculer de trop vieilles
lois de conformismes qui polluent depuis des décennies un art
qui étouffe par immobilisme. Les tempéraments sont enfin
égoïstes et moqueurs d’un environnement moraliste.

Chacun pour soi par le plaisir sans amour.

Les cœurs se lâchent dans des règles nouvelles. Valmont et
Juliette vivent chacun de leurs côtés des aventures sans retenues.

Le paroxysme de l’excitation est atteinte par la narration
mutuelle de leurs cheminements amoureux.

Innovant dans le plaisir partagé, ils ignorent que ce jeu
uniquement basé sur le plaisir n’est que durable à court terme
et fatal, l’un des deux protagonistes va se faire piéger par le
plus redoutable des pièges : les sentiments.

Roger Vadim est novateur, tout est nouveau, donc par amalgame
dérangeant. Marianne est chaste mais sous cette chasteté, un
besoin de s’affranchir sommeille. Valmont n’a pas à forcer pour
faire fléchir cette pudeur dissimulée derrière le consentement.

Le roman de Pierre Choderlos de Laclos n’est qu’un prétexte
pour ce jeune et brillant metteur en scène désirant innover
par des impulsions nouvelles que le spectateur ne connaît
pas encore en exploitant le thème de la perversion dans le
septième art.

L’apport de l’existentialisme des années 50 défoule par le
geste et la parole débridée toute une population goûtant à ses
premières années de liberté après une Seconde Guerre mondiale
éprouvante.

Certaines scènes sont esthétiquement très belles par la position
des corps qui s’abandonnent sans forcément avoir luttés de
manière féroce.

Marianne désirant proprement sortir de sa chasteté est adorable
par sa double fonction d’attirance et de résistance qui sied
si merveilleusement aux femmes.

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.37.T.


      


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 3
Aujourdhui : 254
Ce mois : 11 292
depuis le 24/11/10 : 792 647

joomla statistics

View My Stats