Le prisonnier d'Alcatraz - Drame de John Frankenheimer




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:     Le prisonnier d'Alcatraz

Titre original: 

 BIRDMAN OF ALCATRAZ

Réalisateur

John FRANKENHEIMER

Année

1962

Nationalité

Américain   Extrait vidéo du film

Genre

Drame

Durée

2H27

Acteurs principaux

Burt LANCASTER, Karl MALDEN, Thelma RITTER, Telly SAVALAS

Noir et Blanc

Synopsis :

Robert Stroud, un prisonnier condamné à perpétuité, recueille un oiseau blessé et se passionne pour l'ornithologie.

Réalisateur

John Frankenheimer

Scénariste

Guy Trosper

Producteur

Stuart Millar

 

Guy Trosper

Exportation/Distribution internationale

United Artists, U.S.A.

Production

Norma, U.S.A.

Les acteurs :

Burt Lancaster

Robert Stroud

Karl Malden

Harvey Shoemaker

Betty Field

Stella Johnson

Thelma Ritter

Elizabeth Stroud

Telly Savalas

Feto Gomez

Neville Brand

Bull Ransom

Edmond O`Brien (Edmond O'Brien)

Tom Gaddis

Hugh Marlowe

Roy Comstock

Whit Bissell

Dr Ellis

Crahan Denton

Kramer

James Westerfield

Jess Younger

Leo Penn (non crédité)

Eddie Kassellis

D'après l'oeuvre de

Thomas E. Gaddis

Compositeur

Elmer Bernstein

Directeur de la photographie

Burnett Guffey

Chef décorateur

Fernando Carrere

Producteur délégué

Stuart Millar

 

Guy Trosper

Producteur exécutif

Harold Hecht

Chef monteur

Edward Mann

Format du son : Mono
Format de projection : 1:66
Format de production : 35 mm
Tourné en Anglais

Anecdotes :

Frankenheimer au pied levé
Acteur de légende, Burt Lancaster n'a pas longtemps tardé à se lancer dans la production, en fondant sa propre compagnie, Norma Productions et aimait, d'une manière générale, à avoir la maîtrise des films dont il était le héros. Ainsi, pour Le Train (The Train), comme sur Le Prisonnier d'Alcatraz (Birdman of Alcatraz), il n'hésite pas à remplacer Arthur Penn par John Frankenheimer qui l'avait déjà dirigé dans Le Prisonnier d'Alcatraz (Birdman of Alcatraz) et qu'il retrouvera pour Les Parachutistes arrivent (The Gypsy Moths).

Le père de Sean Penn non-crédité
Père des comédiens Chris et Sean Penn à la ville, Leo Penn se verra confier un petit rôle, malheureusement non-crédité, dans Le Prisonnier d'Alcatraz.

Thelma Ritter, "maman" de Burt Lancaster
Plus âgée de huit ans que son partenaire Burt Lancaster, Thelma Ritter se vit pourtant confier le rôle de sa mère dans le film. Sa performance fut saluée par une nomination à l'Oscar du Meilleur second rôle féminin en 1963.

Décès tragique sur le plateau
Le tournage du Prisonnier d'Alcatraz restera un souvenir sombre et triste pour Burt Lancaster. Ainsi, son frère James, très proche du comédien, fut emporté par une crise cardiaque sur le plateau en janvier 1961, à l'âge de 50 ans...

Sur un air d'Elmer Bernstein
La bande originale du Prisonnier d'Alcatraz est signée du légendaire Elmer Bernstein. On lui doit notamment la musique des Dix Commandements, La Grande évasion, Les Sept mercenaires, ou du Gangs of New York de Martin Scorsese.

Un réalisateur limogé
Avant que John Frankenheimer ne prenne les commandes du projet, la réalisation du Prisonnier d'Alcatraz fut confiée au Britannique Charles Crichton. Pourtant, après plusieurs semaines de tournage, il fut limogé par Burt Lancaster, alors insatisfait du "bout-à-bout, la première version du montage. John Frankenheimer, qui avait dirigé le comédien peu de temps auparavant dans Le temps du châtiment, le remplaça au pied levé. Toutefois, ses relations avec l'acteur-producteur ne furent pas toujours au beau fixe, et après un premier montage du film, ce dernier décida de recommencer la totalité du tournage... Producteur affirmé, Burt Lancaster agira de même en 1964 sur Le Train, et remplacera le réalisateur Arthur Penn par... John Frankenheimer.

Burt Lancaster producteur
Comédien légendaire, Burt Lancaster est également un producteur avisé. Après à peine 4 années de comédie, il se lance dans la production en créant sa propre compagnie, Norma Productions. On lui doit notamment les productions de La Flèche et le flambeau (1950), Marty (1955), Trapèze (1956), Le Grand Chantage (1957), Le Vent de la plaine en 1960, Le Prisonnier d'Alcatraz (1962), Fureur apache (1972) ou encore Un Flic se rebiffe (1974 - également réalisateur). A l'exception de Marty, Burt Lancaster tenait la vedette de chacun de ces films.
Il est intéressant de noter que Burt Lancaster a tourné une partie des scènes du Corsaire rouge (1952).

Alcatraz au Cinéma
La célèbre prison d'Alcatraz, dans la baie de San Francisco, a été le théâtre d'une dizaine de longs métrages. Parmi ceux-ci, on retiendra surtout, outre Le Prisonnier d'Alcatraz, Le Point de non retour (1967), L'Evadé d'Alcatraz (1979), Meurtre à Alcatraz (1995) ou encore Rock (1996). Pour l'anecdote, certains sons de L'Empire contre-attaque furent également enregistrés sur "le rocher".

Tournage à Alcatraz
Le Prisonnier d'Alcatraz a été tourné sur la véritable île d'Alcatraz, où fut véritablement incarcéré Robert Stroud.

Le trio Frankenheimer / Lancaster / O'Brien
Outre Le Prisonnier d'Alcatraz, Burt Lancaster et Edmond O'Brien se sont déjà donnés la réplique devant l'objectif de John Frankenheimer dans Sept jours en mai en 1964 (qui vaudra à O'Brien une nomination à l'Oscar du Meilleur second rôle masculin). C'est en 1946 qu'O'Brien et Lancaster ont débuté leur collaboration dans Les Tueurs (The Killers), le premier film du second nommé. Enfin, notons que Burt Lancaster retrouvera John Frankenheimer sur le film d'aventures 99 and 44/100% dead en 1974.

Le tandem Burt Lancaster / Whit Bissel
Le Prisonnier d'Alcatraz s'inscrit sur la longue liste de collaboration entre Burt Lancaster et Whit Bissell. Ainsi, avant ce film, les deux comédiens s'étaient donnés la réplique dans le drame Les Démons de la liberté (1947), les westerns Règlement de comptes à O.K. Corral (1957) et Sur la piste de la grande caravane (1965), le thriller Sept jours en mai (également signé John Frankenheimer en 1964), et le thriller dramatique Airport en 1970.

Karl Malden / John Frankenheimer : deuxième !
Le Prisonnier d'Alcatraz marque la seconde collaboration entre le comédien Karl Malden et le réalisateur John Frankenheimer, qui l'avait dirigé peu de temps auparavant dans All Fall Down.

Retrouvailles Burt Lancaster / Telly Savalas
Le Prisonnier d'Alcatraz marque la seconde collaboration de Burt Lancaster et de Telly Savalas (célèbre interprète de Kojak), après Le Temps du châtiment en 1961. Les deux acteurs se donneront à nouveau la réplique dans Les Chasseurs de scalps en 1968.

Lancaster / Frankenheimer : collaboration fructueuse
Le Prisonnier d'Alcatraz marque la seconde collaboration de Burt Lancaster avec le cinéaste John Frankenheimer, après Le Temps du châtiment en 1961. Les deux hommes se retrouveront en 1964 sur Le Train et Sept jours en mai, puis en 1969 sur The Gypsy Moth.

Un projet au développement difficile
Dès 1958, soit trois ans après la publication de la biographie de Rober Stroud, les producteurs de la Twentieth Century Fox envisagèrent de porter son histoire à l'écran. Toutefois, le projet fut rapidement abandonné face aux pressions du Bureau Fédéral des Prisons. Il faudra attendre 1961 et l'aide précieuse apportée par Burt Lancaster à Guy Trosper, auteur du scénario et producteur du film, pour que soit mis en chantier Le Prisonnier d'Alcatraz. Fasciné par le personnage de Robert Stroude et par son histoire, Burt Lancaster voyait dans ce film un moyen de dénoncer l'aspect inhumain des prisons et l'archaïsme d'un tel châtiment.

Une rencontre Lancaster / Stroud
Peu après la fin du tournage, Burt Lancaster parvint à rencontrer Robert Stroud. Autorisation que n'obtint jamais le réalisateur John Frankenheimer. Pour sa part, le "Birdman" Robert Stroud ne fut jamais autorisé à voir le long métrage, pourtant basé sur sa propre vie. Il mourut un an après la sortie du film.

Un portrait embelli
Le portrait que Le Prisonnier d'Alcatraz dresse de Robert Stroude est assez éloigné de la vérité historique sur de nombreux points. Ainsi, le détenu-ornithologue ne fut jamais en contact avec des oiseaux à Alcatraz, les cellules étant sans fenêtres dans la prison (il mena ses études sur les volatiles à Leavenworth uniquement). Plus important, loin de l'interprétation sympathique et humaniste de Burt Lancaster, Robert Stroud fut décrit par les gardiens et ses co-détenus comme un véritable meurtrier en puissance et un psychopathe très intelligent, machiavélique et manipulateur. Mais, conséquences du son passage sur grand écran, il passa, après la sortie du film, pour un homme des plus aimables, tant et si bien que de nombreuses personnes écrivirent des lettres pour obtenir sa libération !

Une histoire vraie
Adapté de l'ouvrage biographique homonyme de Thomas E. Gaddis paru en 1955, Le Prisonnier d'Alcatraz est l'adaptation de l'histoire vraie de Robert Stroud. Ce détenu hors-norme, proxénète à ses heures et auteur d'oeuvres pédophiles, fut incarcéré en 1911 pour le meurtre d‘un tenancier de bar (qui avait refusé de payer l'une de ses prostituées), d'abord dans le pénitencier fédéral de McNeil Island, puis dans celui de Leavenworth dans le Kansas, où il tua ensuite l'un des gardiens puis un co-détenu. Condamné à mort, il vit sa peine commuée en emprisonnement à perpétuité en 1920 par le Président Wilson.

Recueillant et soignant un jour un oiseau dans sa cellule, il se prit de passion pour les volatiles, et devint un véritable spécialiste de l'ornithologie, mondialement reconnu pour ses travaux sur les maladies des oiseaux (il en éleva ainsi près de 300 dans sa cellule). D'où son surnom de "Birdman". En 1942, il fut transféré à la prison d'Alcatraz, où il passa 17 années, avant d'être envoyé au centre médical pour prisonniers de Springfield (Missouri), où il mourut d'une crise cardiaque en novembre 1963. Robert Stroud passa 54 ans de sa vie en prison, dont près de 42 ans en isolement.

De nombreuses récompenses
Sorti sur les écrans américains en juillet 1962, Le Prisonnier d'Alactraz a été cité à quatre reprises lors de la cérémonie des Oscars en 1963 : nommé à la statuette du Meilleur comédien (Burt Lancaster), du Meilleur second rôle masculin (Telly Savalas), du Meilleur second rôle féminin (Thelma Ritter) et de la Meilleure photographie, il repartit les mains vides. Le film se vit également décerner le BAFTA du Meilleur acteur étranger et la Coupe Volpi du Meilleur comédien à Venise pour Burt Lancaster, et fut sélectionné dans la course au Lion d'Or à la Mostra 1962.

Film à succès récompensé
Enorme succès commercial et critique inspiré d'une histoire vraie, Le Prisonnier d'Alcatraz (1962) fut marqué par la composition émouvante et admirable de Burt Lancaster, récompensé d'un prix d'interprétation au Festival de Venise.

L'histoire :

Après un meurtre, Robert Stroud (Burt Lancaster) est condamné à douze ans de prison mais dans un excès de colère, il tue un gardien qui le condamne à vie. Un jour, il ramasse un oiseau blessé et se passionne pour l'ornithologie dont ses remèdes sont vendus par Stella Johnson. Cette activité le rend célèbre mais un règlement du pénitencier lui interdit l'exercice de cette activité. Face à son refus, il est transféré à Alcatraz, prison la plus stricte des Etats-Unis. Pris dans une émeute, il se fait le médiateur des deux parties, son engagement lui permet d'obtenir une reddition et son transfert vers une prison moins dure.

John Frankenheimer

Burt Lancaster

Karl Malden

Telly Savalas

  

Homme impulsif et violent, Robert Stroud, condamné à douze ans de prison pour meurtre, voit sa peine commuée en détention à vie après avoir tué un gardien. Un jour, il trouve un oiseau blessé dans la cour et parvient à le soigner. Il se passionne dès lors pour l'ornithologie, élève et guérit des oiseaux. Il parvient même à mettre au point de nouveaux remèdes et acquiert ainsi une certaine renommée. Mais l'instauration d'un nouveau règlement lui interdit toute activité.

Inspiré de l'histoire vraie de Robert Stroud, qui a passé plus de cinquante ans en prison, "le Prisonnier d'Alcatraz" compte parmi les films de référence en ce qui concerne l'univers carcéral américain.

John FRANKENHEIMER

Biographie:

Né à New York le 19 février 1930, John Frankenheimer grandit dans le Queens, fait ses études à l'académie militaire La Salle et rêve de devenir tennisman professionnel. Fasciné par le Cinéma et ardent admirateur de Robert Mitchum, il décide finalement
de devenir acteur. Etudiant au Williams College, il y fait ses débuts sur scène. Cependant, après avoir intégré le Motion
Pictures Squadron of the Air Force, il prend conscience de son aisance caméra en main. Finie la carrière d'acteur : il sera
réalisateur. Libéré de ses obligations militaires, il commence sa carrière à la télévision en 1953, sur les conseils de John Ford,
et devient, à force de persévérance, assistant réalisateur au sein de la CBS. Joli titre pour, en fait, un simple travail de
cameraman ! Son obstination finit par payer, et la chaîne lui confie un peu plus tard la réalisation de l'émission. Frankenheimer n'a pas encore envie de passer au Cinéma, il aime les films réalisés en direct, et aurait souhaité continuer si le genre n'avait pas disparu. A l'exception d'une tentative peu concluante sur grand écran en 1957 (Mon père, cet étranger), Frankenheimer restera fidèle à la télévision, pour laquelle il mettra en scène cent cinquante-deux dramatiques entre 1954 et 1960. C'est l'année suivante que sa carrière bascule, lorsqu'il réalise finalement Le temps du châtiment, avec Burt Lancaster. Le Cinéma lui semble soudain plus attirant, et lorsque l'acteur refait appel à lui pour Le prisonnier d'Alcatraz, Frankenheimer n'hésite pas une seconde. Et il fait bien : au cours d'une prolifique carrière foncièrement dévolue au film noir et au polar, il réalisera certains films devenus des classiques comme Un crime dans la tête, L'homme de Kiev ou encore A armes égales. Alors qu'il se laisse toujours tenter par la télévision (il a réalisé quatre téléfilms ces quatre dernières années), il revient aujourd'hui avec Ronin, qui, on l'espère, effacera l'échec récent de L'île du Dr. Moreau.

Un extrait Vidéo              Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :   DVD.13.M.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 8
Aujourdhui : 278
Ce mois : 10 524
depuis le 24/11/10 : 730 582

joomla statistics

View My Stats