Le Chasseur de chez « Maxim’s » - Un Film de Claude Vital - 1976 - Avec Francis Perrin




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:    Le chasseur de chez « Maxim's »

Le chasseur de chez « Maxim's » - Claude Vital - Francis Perrin

Réalisateur

Claude VITAL

Année

1976

Nationalité

Français   Extrait vidéo du film

Genre

Comédie

Durée

1H40

Acteurs principaux

Daniel CECCALDI, Michel GALABRU, Jean LEFEBVRE, Francis PERRIN

Les acteurs :

Julien

 

Michel Galabru

 

Le chanoine

 

Jean Lefebvre

 

Du Velin

 

Daniel Ceccaldi

 

Octave

 

Francis Perrin

 

Germaine

 

Claude Gensac

 

Geneviève

 

Sabine Azéma

 

Le ministre

 

Jean-Pierre Darras

 

Scénariste

Jean Halain

Claude Vital

Compositeur

Paul Misraki

 

Directeur de la photographie

Maurice Fellous

 

Chef décorateur

Willy Holt

 

D'après l'oeuvre de

Yves Mirande

Gustave Quinson

 

Résumé :

Julien mène une double vie. Le jour, pour sa femme Germaine, il est le puissant P-DG Mercier, des conserves du même nom. La nuit, il devient le chasseur attentif et dévoué du «Maxim's», l'un des restaurants les plus réputés de Paris. Fatigué, Julien songe à prendre sa retraite après des années de bons et loyaux services. Mais son patron ne l'entend pas de cette oreille et entreprend de le faire chanter. C'est que Julien a toujours caché à sa famille la réalité de son travail et l'origine de ses revenus. Sur ces entrefaites débarque son neveu, qui s'intéresse de près à l'entreprise Mercier. S'ensuit alors toute une série de quiproquos...

     Michel Galabru

Michel Galabru

Acteur français

Né le 27 Octobre 1924 à Safi (Maroc)

Biographie :

Né le 27 octobre 1924, Michel Galabru, fils d'un professeur de l'Ecole Nationale des Ponts et chaussées, n'a qu'une idée en tête : devenir professionnel de football. C'est pourtant au théâtre qu'il trouve sa vocation. Il monte à Paris où, après deux ans de préparation, il passe avec succès le concours d'entrée au Conservatoire d'art dramatique. Le jeune comédien obtient un premier prix et entre à la Comédie Française en 1950. Il joue les classiques et en 1951, Jean Devaivre lui propose un premier rôle au Cinéma dans Ma femme, ma vache et moi. Il quitte la Comédie Française en 1957 et commence une carrière sur les scènes de boulevards. Il interprète ensuite beaucoup de petits rôles dans des films mineurs.

A part, dont celui du policier pervers dans Monsieur Balboss de Jean Marboeuf, et surtout celui qu'il interprète face à Philippe Noiret dans Le Juge et l'Assassin de Bertrand Tavernier, qui le consacre meilleur acteur de l'année lors de la remise des Césars. En 1978, il entame une autre comédie de trois volets. Dans La Cage aux folles, Galabru, en respectable père de famille de son état, se retrouve confronté au couple complètement déjanté Michel Serrault / Ugo Tognazzi. On le voit ensuite en inspecteur de police dans Subway de Luc Besson.

 

Dans la décennie des années 1990, Michel Galabru se fait plus rare au Cinéma : une dizaine de rôles à peine, dont Uranus de Claude Berri ou Hors jeu, dans lequel il interprète son propre rôle. En 1998, il campe le truculent chef d'un village d'irréductibles gaulois dans Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi. Plus récemment, il a joué aux côtés de Jean-Paul Belmondo et André Dussollier pour Les Acteurs de Bertrand Blier. En 2004, Michel Galabru est à l'affiche de deux films : San Antonio, où il donne à nouveau la réplique à Gérard Depardieu, et Nuit noire de Daniel Colas. Avec Pollux, le manège enchanté, il prête pour la première fois sa voix à un film ir des années 1960, ses rôles s'étoffent, avec l'arrivée de La Guerre des boutons, le grand succès d'Yves Robert, et surtout Le gendarme de Saint-Tropez de Jean Girault. Son air bourru et franchouillard souvent dépassé par les évènements lui valent d'interpréter l'adjudant Gerber, aux ordres du Maréchal " Louis De Funès " Cruchot. Les cinq épisodes du Gendarme, bien qu'inégaux, sont des succès populaires. En 1971, Le Viager lui ouvre une nouvelle carrière; il aura attendu vingt ans pour que son talent soit reconnu. L'acteur se voit proposé des rôles dramatiques : une silhouette remarquée dans Section spéciale de Costa-Gavras, puis des premiers rôles d'animation.

Jean Lefebvre

Acteur français

Né le 3 Octobre 1919 à Valenciennes, Nord (France)
Décédé le 9 Juillet 2004 à Marrakech (Maroc) (crise cardiaque)

Biographie :

Faisant partie des libérateurs de la France occupée en juin 1944, Jean Lefebvre se destine à une carrière de chanteur de cabaret avant de se tourner finalement vers la comédie. Dans les années cinquante, il multiplie les timides apparitions dans Les Diaboliques (1955), Gas-oil (id.), Et Dieu créa la femme (1956) ou encore Un drôle de dimanche (1958).

A partir de la décennie suivante, il se spécialise dans le registre comique, intégrant la troupe des Branquignols pour La Belle Américaine (1961) et donnant la réplique à des comédiens de renom comme Jean Gabin (Le Gentleman d'Epsom, 1962) et Louis De Funès aux côtés de qui il incarne le maréchal des logis Lucien Fougasse dans la saga du Gendarme de Saint-Tropez. Parallèlement, Jean Lefebvre se trouve un réalisateur à qui il restera fidèle : Georges Lautner. Débute alors une fructueuse collaboration émaillée de quelques gros succès que viennent enrichir les dialogues de Michel Audiard : Les Tontons flingueurs (1963), Les Bons vivants (1965) et Ne nous fâchons pas (1966).

En 1967, Jean Lefebvre se retrouve pour la première fois en tête d'affiche d'une comédie intitulée Un idiot à Paris. Dans les années 70, il est au faîte de sa carrière avec la trilogie Mais où est donc passée la septième compagnie ?, mais la qualité ne suit pas toujours. Cantonné aux éternels seconds rôles de benêt et d'individu dépassé par les événements, Jean Lefebvre enchaîne dès lors des films restés mémorables pour leur titre : C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule (1975), La Situation est grave... mais pas désespérée (1976), Ils sont fous ces sorciers (1978) ou encore On n'est pas sorti de l'auberge (1982) de Max Pécas.

Au tournant des années 80-90, l'homme aux quatre épouses se consacre essentiellement au petit écran, en interprétant les téléfilms La Grande embrouille (1990) et Papy super star (1991), et au théâtre, en se produisant dans Pauvre France. Infatigable, il reprend la pièce Les Jumeaux au Théâtre des Nouveautés à Paris. Côté Cinéma, sa dernière apparition marquante remonte à 2001 avec Fifi Martingale, une comédie de Jacques Rozier restée inédite en salles.

Année : 1976

Origine : France

Réalisation : Claude Vital

Scénario : Claude Vital, Jean Halain

D'après la pièce de Yves Mirande et Gustave Quinson

Images : Maurice Fellous

Musique : Paul Misraki

Genre : Comédie

Durée : 100 min.

Résumé

Julien, le chasseur de chez "Maxim's", vit une double existence. Il est pour sa femme Germaine, le riche P.D.G. Mercier des conserves du même nom. En réalité, il est, la nuit, le chasseur attentif, efficace et dévoué de chez "Maxim's". Homme-orchestre, Julien songe à prendre sa retraite, pour goûter un repos bien mérité. Or, l'arrivée impromptue d'Octave, un vague neveu de sa femme, prêt à lui succéder dans son travail, remet tout en question. Julien confie son secret à Octave puis lui révèle l'existence de sa maîtresse Totoche et l'intéresse aux bénéfices... de chez "Maxim's" !

Distribution :

  • Michel Galabru (M. Julien)
  • Jean Lefebvre (le chanoine)
  • Daniel Ceccaldi (Du Velin)
  • Francis Perrin (Octave)
  • Marie-Hélène Breillat (Totoche)
  • Claude Gensac (Germaine)
  • Sabine Azéma (Geneviève)
  • Dominique Davray (la tante)
  • Gabriel Jabbour (l'ambassadeur)
  • Gérard Hernandez (Hernandez)
  • Jean-Pierre Darras (le ministre)

Francis Perrin :

Francis Perrin (né le 10 octobre 1947) à Versailles, France est un acteur, scénariste et réalisateur français.

Il fut engagé à la Comédie française en 1972. Il joua notamment dans les Fourberies de Scapin de Molière.

A ne pas confondre avec le personnage récurrent de Francis Veber, François Perrin / François Pignon. Francis Perrin a co-écrit et joué dans le Débutant (1986) le rôle de « François Veber » et dans Ca n'arrive qu'à moi le rôle de « François Pépin ».

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.17.J.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 19
Aujourdhui : 468
Ce mois : 10 448
depuis le 24/11/10 : 806 384

joomla statistics

View My Stats