La fièvre dans le sang - 1961 - Un Film d'Elia Kazan - Avec Warren Beatty




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:     La Fièvre dans le Sang

Titre original:

      SPLENDOR IN THE GRASS

Réalisateur

Elia KAZAN

Année

1961

Nationalité

Américain  

Genre

Drame Psychologique

Durée

2H04

Acteurs principaux

Warren BEATTY, Sandy DENNIS, Pat HINGLE, Zohra LAMPERT, Gary LOCKWOOD, Barbara LODEN, Natalie WOOD

Synopsis :

En 1929, dans une petite ville du Kansas, deux amants, Deanie et Bud, voient leur amour condamne par les préjuges de leurs familles respectives.

Version originale sous-titrée

Elia Kazan

Natalie Wood

Warren Beatty

Barbara Loden

Compositeur : David Amram

Directeur de la photographie : Boris Kaufman

Producteur : Elia Kazan

Sortie en salles en France : 16 janvier 1962

Première sortie mondiale : 1961

Résumé express :

Dans une petite ville du Kansas, deux adolescents sont attirés l'un vers l'autre. Mais le père du garçon s'oppose à une union qui pourrait compromettre la carrière de son fils.

Elia Kazan

Elia Kazan

Réalisateur, acteur, Producteur, Scénariste américain


Né(e) le 07 Septembre 1909 à Istanbul (Turquie)
Mort(e) le 28 Septembre 2003 à à son domicile de Manhattan (Etats-Unis)

Elia Kazan, fils d'immigré grec de Turquie, débarque à New York à l'âge de 4 ans. Il étudie le théâtre à l'université puis rejoint les groupes d'avant-garde théâtrale. Il adhère pendant sa jeunesse au parti communiste. Il devient acteur tout en s'initiant aux divers métiers des planches. Dans les années 40, il connaît le succès à Broadway en mettant en scène des pièces comme Un tramway nommé désir ou Mort d'un commis voyageur. Au Cinéma, il donne la réplique à James Cagney dans Ville conquise d'Anatole Litvak (1940).

 

En 1945, il s'attaque réellement au Cinéma. La Fox qui recherche de nouveau talent le recrute. Son premier film est le Lys de Brooklyn (1945), l'histoire d'une famille d'immigrés irlandais. Le thème de l'immigration est récurrent dans ses oeuvres. Le social est son autre sujet de prédilection. C'est ainsi que dans Boomerang (1947), il aborde les erreurs judiciaires et dans Le Mur invisible (1947), il dénonce l'antisémitisme. Cependant, c'est dans Panique dans la rue (1950), un film extrêmement noir, que l'on découvre sa maîtrise. Il dirige Marlon Brando dans Un tramway nommé désir en 1951 puis en 1954 dans Sur les quais. Cette collaboration est couronnée de succès.

 

En plein Maccarthysme, l'année 1952 va transformer sa vie. Il dénonce des metteurs en scène communistes devant la commission des activités anti-américaines. Par cette attitude, Kazan dévoile toute son ambiguïté. Lâcheté, anti-communisme ou volonté de se débarrasser de ses concurrents ? Le flou demeure. Néanmoins, il tentera toute sa vie de légitimer sa démarche. Le fait qu'il tourne Viva Zapata !, un portrait du révolutionnaire mexicain la même année, ne fait rien pour démêler les paradoxes de ce cinéaste.

 

En 1955 avec À l'Est d'Eden, il fait une nouvelle fois confiance à un jeune acteur en offrant le personnage d'un adolescent révolté à James Dean. Après des drames comme La Fièvre dans le sang (1961), il livre des oeuvres de plus en plus autobiographiques. Ainsi, America, America (1963) raconte l'histoire de sa famille, et il adapte, avec L'Arrangement (1969), l'un de ses romans. En 1976, avec Le Dernier Nabab où il dirige Robert De Niro, il délivre une méditation sur Hollywood.

 

Problèmes sociaux, politiques ou immigration, Kazan explore toutes les facettes de l'Amérique moderne. Ses oeuvres sont empreintes d'une exploration autobiographique ainsi que d'une réflexion sur son attitude pendant la chasse aux sorcières. Malgré ses troubles compromissions, Kazan demeure un cinéaste qui marque de son empreinte le Cinéma contemporain.

Résumé : 1929, dans une petite ville du Kansas, Bud et Deanie sont passionnément amoureux. Le père de Bud, un riche fermier qui a de grandes ambitions pour son fils, refuse toute idée de mariage tant que Bud n'a pas terminé ses études. De son côté, Deanie souffre d'être surprotégée par ses parents, de petits commerçants. Bud se soumet au désir de son père, qui ruiné par la crise économique, se suicide. Deanie fait une grave dépression nerveuse et est soignée dans une clinique.

C'est la période des classiques sur le forum : je vous propose aujourd'hui quelques réflexions sur La fièvre dans le sang, qui est un des plus beaux films (sinon le plus beau) d'Elia Kazan. Ce réalisateur hollywoodien, fascinant par son génie mais aussi par son parcours peu commun (immigré d'origine grecque, acteur, homme de théâtre, puis réalisateur, victime, puis délateur lors du Maccarthysme...) est aujourd'hui considéré comme un des "grands" de la période classique hollywoodienne.


Tourné avant America America (1963), autre chef d'oeuvre autobiographique, Splendor in the Grass coïncide avec la période de déclin des grands empires hollywoodiens, et avec l'abandon progressif du code Hayes, qui régissait jusqu'ici la censure Cinématographique (rappelons que Kazan a eu maille à partir avec cette dernière 5 ans plus tôt, au moment de la sortie de Baby Doll).
- Ce n'est donc pas un hasard si les thèmes du déclin et de la crise sont au centre de l'intrigue. Cette dernière est en effet très précisément datée : la fin des années vingt, l'insouciance économique des Etats-Unis, puis le tournant du chaos boursier de 1929, viennent en effet accompagner la crise individuelle des personnages.
- Les thèmes de la sexualité, du puritanisme et de la pression sociale s'inscrivent eux aussi dans ce cadre. Kazan parle de sexe sans jamais prononcer le mot, et son attaque du puritanisme de l'Amérique des années trente, est bien entendu dirigée contre les tabous sexuels des années 60, comme un pied de nez à la censure Cinématographique du moment. Car l'un des principaux sujets du film est bien la frustration sexuelle. Cela passe entre autres par le recours aux symboles naturels : la cascade en est un des plus insistants et des plus frappants. L'impossibilité de l'accomplissement de l'acte sexuel entre les deux héros est à la base de leur destin tragique, et le travail des comédiens sur ce point est formidable : leurs soupirs, leur retenue, leur sensualité à fleur de peau portent la marque de l'Actor's Studio dont Wood est issue. La "fièvre", crise rentrée chez les uns, explosive chez les autres renvoie là aussi à d'autres films de Kazan (A l'Est d'Eden).

Dans une société américaine superficielle qui s'abandonne aux chimères du capitalisme et de l'enrichissement facile, le poids des déterminismes sociaux et du milieu familial écrase l'individu : on assiste alors à l'étouffement programmé de Bud par son père, celui de Deanie qui se rebelle à sa manière, et trouve le refuge dans la folie passagère.

Splendor in the Grass reste, 40 ans après, d'une puissance émotionnelle et d'une très grande intelligence dans la peinture d'une génération perdue.
Il nous offre de purs et formidables moments de Cinéma, comme cette arrivée du couple Trina/Bud dans le hall de l'université, petit îlot de bonheur fébrile au milieu du tumulte de la rentrée, et bien sûr, la scène finale, totalement bouleversante, qui mériterait à elle seule une très longue analyse) : dans le décor d'une ferme en chantier, ou des bêtes errent un peu partout, symptome du gâchis de l'existence de Bud, qui a su, tant bien que mal, reconstruire un foyer, nous découvrons avec Deanie que son grand amour a désormais une femme et un enfant.
Dans une atmosphère crue et triste, sans la moindre musique (mais où les bruits du quotidien -animaux, basse cour, friture- envahissent l'espace sonore), sous le soleil trop brillant, nous interrompons un instant le cours de la vie de Bud, occupé aux travaux agricoles dans une ferme ou règne un "bonheur" triste et résigné.
En quelques répliques banales, quelques échanges de regards triangulaires (Deanie/Bud/Angelina), quelques jeux sur la profondeur de champ, Kazan fait passer une somme monumentale de sentiments et de thèmes : le bref espoir, vite déçu, de Deanie, la résignation des personnages face à la réalité triste et crue, la brève étincelle d'un amour perdu. Le film s'achève sur les vers magnifiques de Wordsworth, qui prennent un tour amer en accompagnant le départ de Deanie :


"Though nothing can bring back the hour
Of splendor in the grass,
Of glory in the flower
We will grieve not, but rather find

Fièvre dans le sang (La)

(Splendor in the Grass)

1961

Etats-Unis

Réal. : Elia Kazan

Scén. :William Inge

Photo: Boris Kaufman

Décors: Richard Sylbert

Musique: David Amram

Avec: Nathalie Wood (Wilma Dean "Deanie" Loomis), Warren Beatty (Bud Stamper), Pat Hingle (Ace Stamper), Barbara Loden (Ginny Stamper)...

couleurs, 124 min.

Un extrait Vidéo         Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement : DVD.14.B.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 22
Aujourdhui : 460
Ce mois : 6 913
depuis le 24/11/10 : 836 089

joomla statistics

View My Stats