La dentellière - Un Film de Claude Goretta - 1977 - Avec Isabelle Huppert




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film :   La dentellière

(The Lacemaker)

La dentellière - Un Film de Claude Goretta - 1976 - Avec Isabelle Huppert

Réalisateur

Claude GORETTA

Année

1977

Nationalité

Français, Suisse     

Genre

Drame Psychologique

Durée

1H48

Acteurs principaux

Yves BENEYTON, Anne-Marie DURINGER, Florence GIORGETTI, Isabelle HUPPERT

L'histoire de "La Dentellière"

Pomme, jeune fille réservée, part en vacances avec une amie, exubérante, qui la laisse tomber chaque soir pour aller s'amuser. Seule, elle fait la connaissance d'un étudiant, et, l'amour venant, ils décident de vivre ensemble. Mais les études de l'un et le travail de l'autre, ainsi que la différence de milieu ont vite fait de les séparer...

Distribution Artistique de "La Dentellière"

 

  Isabelle Huppert   ..........  Pomme 

  Yves Beneyton   ..........  François Bélinier 

  Florence Giorgetti   ..........  Marylène 

  Annemarie Düringer   ..........  la mère de Pomme (sous le nom Anne-Marie Düringer) 

  Christian Baltauss   ..........  Gérard 

  Michel de Ré   ..........  le dessinateur 

  Monique Chaumette   ..........  La mère de François 

  Jean Obé   ..........  Le père de François 

  Renate Schroeter   ..........  la copine de François (sous le nom Renata Schroeter) 

  Christian Peythieu 

  Heribert Sasse 

  Jeanne Allard 

  Odile Poisson   ..........  La caissière 

  Gilberte Geniat 

  Sabine Azéma   ..........  Corinne 

  Valentine Aubin 

  Agnès Château 

  Bertrand De Hautefort 

  Suzanne Berthois 

  Yan Brian 

  Barbara Cendre 

  Luc Chessex 

  Nicole Chomo 

  Maud Darsy 

  Jacques Dichamp 

  Gilbert Gaffiot 

  Daniel Guillaume 

  Michèle Hamelin 

  Lucienne Legrand 

  Martine Mauclair 

  Rebecca Potok 

  Joëlle Robin 

  Simone Roche 

  Simone Saniel 

  Sophie Thiery 

  France Valéry 

  Catherine Vidon 

  Jean-Pierre Vivian 

  Anne Deleuze   ..........  (Voix) 

  Rosine Rochette   ..........  (Voix) 

Distribution Technique de "La Dentellière"

 

  Réalisation 

  Claude Goretta 

  Ecriture 

  Claude Goretta 

  Pascal Lainé   ..........  d'après son roman 'La Dentelliere' 

  Production 

  Klaus Hellwig   ..........  producteur associé 

  Daniel Toscan du Plantier   ..........  producteur  

  Yves Gasser   ..........  producteur délégué 

  Lise Fayolle   ..........  producteur associé 

  Yves Peyrot   ..........  producteur exécutif 

  Montage 

  Joële Van Effenterre 

  Photographie 

  Jean Boffety 

  Musique 

  Pierre Jansen 

  Maquillage 

  Florence Fouquier D'Herouel   ..........  artiste maquillage 

  Chef décoration 

  Claude Chevant 

  Serge Etter 

  Assistant réalisation 

  Patrick Grandperret   ..........  assistant réalisateur 

  Laurent Ferrier   ..........  assistant réalisateur 

  Son 

  Jérôme Lévy   ..........  effets sonores 

  Pierre Gamet 

  Jacques Berger   ..........  assistant 

  Jacques Lévy   ..........  ingénieur post-synchronisation 

  Alex Pront 

  Bernard Chaumeil 

  Claude Villand   ..........  mixeur 

Nominations et récompenses de "La Dentellière"

 

    César 

 
 

  1978

Nomination Meilleur film

 

  Nomination Meilleure actrice : Isabelle Huppert

 

  Nomination Meilleure actrice dans un second rôle : Florence Giorgetti

Secrets de tournage

Primé à Cannes 

La Dentellière a obtenu le prix du Jury Oecuménique lors du Festival de Cannes 1977.

Isabelle Huppert

Isabelle Huppert

Actrice, Productrice française

Née le 16 Mars 1953 à Paris (France)

Biographie

Isabelle Huppert passe son enfance à Ville d'Avray avec un père PDG d'une entreprise de coffres-forts, une mère enseignante d'anglais, ses trois soeurs et son frère. Inscrite au conservatoire de Versailles par sa mère, elle remporte un premier prix d'interprétation pour Un caprice de Musset. Après une licence de russe, elle suit des cours au Conservatoire d'art dramatique, avec pour professeurs Jean-Laurent Cochet et Antoine Vitez.

 
 

Isabelle Huppert, qui débute au Cinéma dans Faustine et le bel été de Nina Companeez, trouve très tôt des seconds rôles dans quelques films marquants des années 70 (Les Valseuses en 1974, Le Juge et l'Assassin, Dupont Lajoie). En 1976, elle est Pomme, apprentie coiffeuse à la tristesse insondable, dans La Dentellière de Goretta, une oeuvre délicate qui la révèle au grand public. Deux ans plus tard, elle reçoit, à 25 ans, le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle de parricide dans Violette Nozière de Claude Chabrol.

 

Dès lors, Isabelle Huppert tourne avec les cinéastes français les plus exigeants, notamment Godard (Sauve qui peut la vie en 1980, puis Passion) et Pialat (Loulou, 1980), ce qui vaut à cette comédienne discrète une image d'intellectuelle. Elle se montre pourtant à l'aise dans les registres les plus variés, de l'ambiguité (Eaux profondes) à la fantaisie (La Femme de mon pote). Partie à Hollywood pour jouer dans La Porte du paradis, le western maudit de Michael Cimino, l'actrice, qui acquiert une renommée internationale, est bientôt dirigée par Wajda, Ferreri et Losey. Parallèlement, les succès de Coup de torchon de Bertrand Tavernier de Coup de foudre de Diane Kurys assurent sa popularité en France.

 

Isabelle Huppert poursuit une fructueuse collaboration avec Chabrol qui semble avoir trouvé, avec cette actrice subtile jusqu'au vertige, une interprète idéale : elle incarne pour lui Madame Bovary, mais aussi une faiseuse d'anges (Une affaire de femmes), une postière criminelle (La Cérémonie) -deux films pour lesquels elle est primée à Venise en 1988 et 1995- et une patronne perverse (Merci pour le chocolat). A partir des années 90, Huppert explore les frontières entre raison et folie, à travers ses rôles chez Schroeter, Mazuy (Saint-Cyr), mais aussi lors de ses incursions dans la comédie (8 femmes, Les Soeurs fâchées). Récompensée à Cannes en 2001 pour sa composition de Pianiste frustrée chez Haneke, elle tourne avec la fine fleur du Cinéma d'auteur français ( Doillon, Jacquot, Assayas), et quelques Américains iconoclastes (Hal Hartley, David O. Russell). Ses apparitions sur les planches font date, mais c'est pour un film (Gabrielle, d'après Joseph Conrad) qu'elle croise en 2005 la route de Patrice Chéreau. 

Sabine Azéma

Sabine Azéma

Réalisatrice, Actrice française

Née le 20 Septembre 1949 à Paris (France)

Biographie

Fille d'un avocat, Sabine Azéma passe son enfance et son adolescence à monter des spectacles, avec le concours de ses deux soeurs et de ses amis. Le bac en poche, elle s'inscrit au cours Périmony avant d'intégrer le Conservatoire -avec pour professeur Antoine Vitez-, tout en donnant des leçons de comédie dans un collège. Distribuée au théâtre dans des rôles de jeune première espiègle, elle interprète la fille de De Funès dans La Valse des toréadors d' Anouilh en 1974. Deux ans plus tard, c'est encore sur un mode comique qu'elle fait ses débuts au Cinéma (On aura tout vu, de Lautner), même si on la retrouve bientôt au générique de La Dentellière.

 

En 1983, La Vie est un roman, dans lequel elle campe une institutrice au tempérament passionné, marque la rencontre de Sabine Azéma avec celui dont elle deviendra la muse, Alain Resnais. Au fil d'une collaboration qui s'étend sur deux décennies, le cinéaste permettra à la comédienne de révéler les multiples facettes de son talent : héroïne tragique dans le sombre L'Amour à mort (1984) puis dans Mélo, adaptation d'une pièce de Bernstein qui lui vaut un César de la Meilleure actrice en 1987, elle incarne la vive et énergique Odile dans On connait la chanson (1997). Passant même du rire aux larmes au sein du ludique diptyque Smoking-No Smoking (1993), où elle interprète pas moins de six personnages, elle donne de la voix dans le film-opérette Pas sur la bouche en 2003.

 

Cette belle complicité avec Resnais n'empêche toutefois pas Sabine Azéma de se frotter très tôt à d'autres univers. Dès 1985, elle décroche un premier César pour sa composition de fille aimante dans Un dimanche à la campagne de Tavernier, qui la confrontera ensuite aux fantômes de la Grande Guerre dans La Vie et rien d'autre -l'actrice retrouvera plus tard le monde des Poilus à l'occasion de La Chambre des officiers. Vue chez Doillon, Mocky et Blier, elle gagne ses galons d'actrice populaire grâce à l'insolent Chatiliez qui lui confie le rôle de la bourgeoise coincée dans le Bonheur est dans le pré (1995) puis celui de la mère à bout de nerfs de Tanguy (2001) -Florence Quentin, scénariste-fétiche de Chatiliez, la dirigera en 2005 dans Olé. Pétillante et pleine d'entrain (La Bûche), Sabine Azéma inspire aussi les jeunes réalisateurs : jouant les vamps aux côtés de Rouletabille dans Le Mystère de la chambre jaune de Podalydès (et sa suite en 2005), elle cède à toutes les tentations dans l'hédoniste Peindre ou faire l'amour des frères Larrieu. 

Claude Goretta

Claude Goretta

Biographie

Pour y aller tout de go, Isabelle Huppert est probablement l'une des toutes meilleures actrices actuelles (et, volontairement, je n'ajoute pas : française). Cette comédienne sait tout faire et elle le fait à merveille. Femme, enfant, femme-enfant, bourgeoise, putain, intellectuelle, psychotique, artiste, ouvrière, elle est constamment juste. Comédie, drame, classique, moderne, elle est toujours dans son environnement. Un pur prodige, vous dis-je !
Et je ne suis influencé en rien par sa filmographie déjà impressionnante ou le nombre de ses récompenses dans les festivals (sauf celui de Berlin qui reste sourd et aveugle à son talent), qui en font la plus "palmée" des actrices.
Diplômée du Conservatoire d'Art Dramatique, elle a 16 ans pour son premier film Faustine et le bel été de Nina Companéez (1972) dans lequel les têtes d'affiche féminines sont Muriel Catalá et Isabelle Adjani . Autant dire que la trajectoire des deux Isabelle n'a rien de comparable. On la retrouve, la même année, dans le César et Rosalie de Claude Sautet puis, deux ans plus tard dans Les Valseuses de Bertrand Blier où elle étonne dans son interprétation (certes secondaire) d'une adolescente un peu dévergondée sous des apparences convenables.

Après quatorze films à son actif, La Dentellière de Claude Goretta en 1976 la fit connaître et lui vaut sa première sélection pour les Césars. Premier film avec Claude Chabrol en 1978, Violette Nozière la consacra vedette nationale et lui permet de remporter son premier prix d'interprétation à Cannes. L'échec de Heaven's Gate de Michael Cimino (1980) retarda sa reconnaissance internationale.
Elle est choisie par les plus grands réalisateurs français : Jean-Luc Godard (Sauve qui peut (la vie) - 1979), Maurice Pialat (Loulou - 1980), Bertrand Tavernier (Coup de torchon - 1981), Michel Deville (Eaux profondes ). Elle tourne également à l'étranger : en Allemagne, en Italie, en Russie.
Sa collaboration avec Claude Chabrol est particulièrement active : Une Affaire de femmes (1988), Madame Bovary (1991), La Cérémonie (1995) aux côtés de Sandrine Bonnaire , pour lequel elle obtient un César, puis Rien ne va plus (1997). avec Michel Serrault .
Le 20 mai 2001, elle reçoit un prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans La Pianiste de Michael Haneke .
Plus récemment, elle est une des 8 femmes les plus intéressantes dans le film de François Ozon en 2002 et les deux soeurs jumelles, Magdalena-Maria, dans Deux (2002) que Werner Schroeter a écrit pour elle. Elle a un coup de coeur pour La Vie promise d'Olivier Dahan, même si le succès n'est pas au rendez-vous. Enfin, devrait sortir cette année Le Temps du Loup de Michael Haneke , avec Béatrice Dalle et Patrice Chéreau .

* La Dentellière , de Claude Goretta, film franco-suisse, sorti en 1977, scénario : Claude Goretta et Pascal Lainé d'après son roman (prix Goncourt 1974), durée 108mn

avec Isabelle Huppert (Pomme), Yves Beneyton (François), Annemarie Düringer (la mère de Pomme), Christian Baltauss (Gérard), Sabine Azéma (Corinne), Monique Chaumette, Jean Obé, Renate Schroeter.

Pomme, apprentie coiffeuse, est une jeune femme très réservée et silencieuse. Son amie Marylène, très expansive, l'emmène à Cabourg pour quelques jours de vacances.

Pomme y rencontre François, un jeune étudiant brillant de l'école des Chartes mais aussi timide qu'elle. Ils rentrent à Paris et s'aiment, mais le fossé qui les sépare socialement aura raison de leur amour. Pomme s'efface, toujours en silence, et termine sa vie dans un hôpital psychiatrique, occupée par ses travaux de dentelle.

On ne trouve dans ce récit aucun personnage exemplaire. L'héroïne brille en effet par sa relative insiginifiance de jeune fille ordinaire, issue d'une banlieue ordinaire du nord de la France.

A travers ce personnage qui subit plus l'existence qu'il ne la vit, Claude Goretta et Pascal Lainé placent le spectateur en face de ses propres lâchetés. Toute la force du film tient dans cet effet de distanciation et d'humour pince sans rire.

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement: DVD.19.N.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 10
Aujourdhui : 439
Ce mois : 10 198
depuis le 24/11/10 : 821 119

joomla statistics

View My Stats