Jean de la Lune - Un Film de Marcel Achard - 1949 - Avec Danielle Darrieux




Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films












Merci de patienter un peu   "Translation"  "Astuce"   Powered by  MyPagerank.Net   Un extrait vidéo de ce film    Vers la fiche film  Nuages de mots-clés  Flux RSS

Bookmark and Share     Vous pouvez bookmarquer la page en survolant

Titre du Film:     Jean de la Lune

Réalisateur

Marcel Achard

   

Acteur

Claude Dauphin (Jean de la Lune), Danielle Darrieux (Marceline), François Périer (Clo-Clo), Pierre Dux (Richard), Lucienne Granier (Etiennette), Jacques Sernas (Alexandre), Yves Deniaud (le colonial), Jeannette Batti (mademoiselle Rolande)

   

Scénario

Marcel Achard

   

Musique

Georges Van Parys

Résumé

Un naïf fleuriste surnommé «Jean de la lune» tombe amoureux de la belle Marceline. Celle-ci est séduite par le coeur simple du jeune homme et accepte de l'épouser. Le pauvre homme ne sait pas qu'il vient de convoler avec une femme volage qui lui promet bien des tourments. Clo-Clo, le frère complice de Marceline, est du genre parasite. Il se fait passer pour un artiste mais c'est en fait un pique-assiette sans scrupule qui couvre les frasques de sa soeur. Il est pourtant sensible à la simplicité de Jean de la lune et tente par tous les moyens de lui éviter d'avoir à souffrir des infidélités de Marceline...

1948 - Jean de la Lune - Réalisation Marcel Achard

Fiche technique - Tournage : Studios Franstudio (Francoeur) - Scénario : Marcel Achard - Directeur photo : Michel Kelber - Opérateur : Walter Wottiz - Ingénieur du son : Archimbaud - Décors : Raymond Gabutti - Montage : Yvonne Martin ; assistant découpage : Alexandre Astruc - Photographie : Sam Lévin - Musique : Georges Van Parys - Régie : Bénédek - Assistants réalisateur : Paul Feyder, Gérard Richebé - Direction artistique et technique : Denise Tual - NB - Production : Roger Richebé - Directeur de production : Jean-François Méhu - Visa 8.084 - Sortie 26-1-49

Avec : Danielle Darrieux, Claude Dauphin, François Périer, Pierre Dux, Jeannette Batti, Lucienne Granier, Geneviève Morel, Guérini, Jacques Sernas

La volage Marceline (D. Darrieux)
épouse un fleuriste naif, surnommé "Jean
de la Lune". Elle est inséparable de son
frère Clo-Clo, un original qui couvre
ses frasques amoureuses. Mais lorsque,
le jour de l'anniversaire de ses deux
ans de mariage, Marceline veut partir
avec son amant du moment, Clo-Clo prend
cette fois le parti de "Jean de la
Lune"...
Une sympathique comédie, servie par
l'interprétation de Danielle Darrieux et
François Périer. 

JEAN DE LA LUNE

Les principaux lieux de tournage sont :

- le magasin du fleuriste et sa maison,

"gentille et coquette",

- un café puis un cabaret où Clo-Clo,

"compositeur", fait répéter une amie,

- une maison à Palaiseau.

Noir et Blanc.

Marcel ACHARD (1899-1974)

Élu en 1959 au fauteuil 21

Commandeur de la Légion d'honneur
Commandeur des Arts et des Lettres

Prédécesseur : André CHEVRILLON
Successeur : Félicien MARCEAU

Auteur dramatique, journaliste

Biographie

Né à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), le 5 juillet 1899.

Marcel Achard se plaisait à déclarer à propos de sa naissance : « Je suis né par autorisation spéciale du pape et du Président de la République. Mon père avait épousé la fille de sa sœur. De sorte que mon grand-père était en même temps mon arrière-grand-père, mon père, mon grand-oncle et ma mère ma cousine germaine. »

Il passa sa jeunesse dans le petit café-tabac de son père, fit ses études secondaires à Calluire et prépara l'École normale d'Instituteurs. Mais, hésitant sur sa vocation, il apprit ensuite le métier de monteur-ajusteur, puis tenta sans succès le conservatoire de Lyon.

À dix-huit ans il arrivait à Paris, avec cinq cents francs en poche. Pour vivre, il trouva d'abord un emploi de placier en papier carbone. Mais, habité depuis l'enfance par la passion du théâtre (à dix ans il avait écrit une première pièce de cape et d'épée), il occupait ses loisirs à jouer le vaudeville et finit par se faire embaucher comme souffleur au théâtre du Vieux-Colombier. On raconte que, troublé par les jambes des actrices, il en oublia de souffler leur texte et se fit renvoyer. Il fut alors engagé comme journaliste à L'Oeuvre, grâce à un autre lyonnais, Henri Béraud.

S'étant lancé parallèlement dans l'écriture dramatique, il fit jouer sans aucun succès sa première pièce, La Messe est dite. Il devait avoir plus de chance avec sa troisième pièce, Voulez-vous jouer avec moâ ? (1924), pièce d'avant-garde montée par Charles Dullin à L'Atelier. Mais c'est avec Jean de la Lune (1929), qu'il connut véritablement le succès et une renommée bientôt internationale.

Amour, mélancolie, poésie et humour sont les mots qui définissent le théâtre de Marcel Achard dont plusieurs titres deviendront des classiques de la scène. Citons entre autres : Je ne vous aime pas (1926), Domino (1932), créé par Louis Jouvet, Noix de coco (1936), Adam (1939), Auprès de ma blonde (1946), Nous irons à Valparaiso (1947), Le Moulin de la Galette (1951), Les Compagnons de la marjolaine (1953), Patate (1954), créé par Pierre Dux, L'Idiote (1960), créée par Annie Girardot au théâtre Antoine. Avec ces pièces, il obtint des triomphes, et il demeure un maître du théâtre qu'on appelle « de boulevard ».

On doit également à Marcel Achard plusieurs scénarios et dialogues de films, notamment Mayerling de Litvak (1936), Gribouille (1937), et Les Petites du quai aux Fleurs (1943) d'Allégret, Madame de... d'Ophüls (1953), La Femme et le Pantin de Duvivier (1959).

Marcel Achard fut élu à l'Académie française, le 28 mai 1959, au fauteuil d'André Chevrillon. Ce siège était vacant depuis deux ans. Pour ce scrutin destiné à le pourvoir, plusieurs candidats s'étaient déclarés depuis longtemps, notamment Jean Guitton et Henri Bosco. La candidature de Marcel Achard ne datait, elle, que d'une semaine, mais c'est le dramaturge qui l'emporta finalement au troisième tour. Son talent, sa gaieté, son brio et son regard de myope derrière de grosses lunettes rondes lui avaient conquis 17 voix. Il fut reçu par Marcel Pagnol, le 3 décembre 1959.

Mort le 4 septembre 1974.

Actrice française

Née le 1 Mai 1917 à Bordeaux (France)

Biographie

Après un passage au Conservatoire de musique où elle étudie le violoncelle, Danielle Darrieux est retenue à 14 ans pour jouer le rôle principal du Le Bal de Wilhelm Thiele. L'adolescente compte déjà neuf films à son actif à l'âge de 17 ans et enchaîne les rôles notamment dans Mauvaise graine de Billy Wilder. Henri Decoin engage la jeune actrice pour Henri Decoin dans Le Domino vert en 1935 et l'épouse la même année.

Danielle Darrieux devient l'égérie d'Henri Decoin qui lui offre la vedette dans de nombreux films allant de la comédie sentimentale Mademoiselle ma mère, au mélo Abus de confiance en 1937. L'actrice joue également aux côtés de Charles Boyer dans Mayerling d'Anatole Litvak en 1936. C'est la consécration internationale pour Danielle Darrieux qui signe un contrat de 7 ans avec les Studios Universal en obtenant de continuer à tourner sous la direction de son mari. Mais sa carrière hollywoodienne de décolle pas avec The Rage of Paris d'Henry Koster (1938) et elle préfère interpréter les rôles qu'Henri Decoin lui taille sur mesure.

Danielle Darrieux se sépare d'Henri Decoin sur un succès (Premier Rendez-vous) en 1941 et poursuit sa carrière sous le régime de Vichy (La Fausse Maîtresse d'André Cayatte, 1942). Après la Libération elle aborde des personnages de femmes plus mûres, Maria d'Espagne dans Ruy Blas de Pierre Billon (1947) ou encore cocotte entretenue dans Occupe-toi d'Amélie de Claude Autant-Lara (1949). Mais c'est avec Max Ophuls qu'elle trouvera ses plus beaux rôles de jeunes femmes désenchantées et coquettes dans La Ronde (1950), Le Plaisir (1951) et surtout Madame de... (1953). Avec ce dernier film Danielle Darrieux incarne désormais l'archétype de la Parisienne élégante, frivole, vive et pleine d'esprit.

La comédienne retrouve Henri Decoin pour La Vérité sur Bébé Donge et Hollywood à l'occasion de L' Affaire Cicéron de Joseph L. Mankiewicz (1951). Elle participe aux fresques semi-historiques de Sacha Guitry (Napoléon, 1954 ; Si Paris nous était conte, 1955) et donne la réplique à Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir de Claude Autant-Lara (1954). Elle est dirigée par de célèbres metteurs en scène comme Marc Allégret (L'Amant de Lady Chatterley, 1955) et Julien Duvivier (Pot-Bouille, 1957. Elle tente aussi l'aventure avec des réalisateurs moins expérimentés: Henri Verneuil (Les Lions sont lâchés, 1961), Gérard Oury (Le crime ne paie pas, 1961), Claude Chabrol (Landru, 1962).

Danièle Darrieux s'essaye aussi à la comédie musicale et reste la seule comédienne non doublée dans les chansons des films de Jacques Demy (Les Demoiselles de Rochefort, 1966 ; Une chambre en ville, 1982). Les années soixante-dix et quatre-vingt sont moins fastes : elle passe progressivement aux personnages de grands-mères et tient des seconds rôles dans Le Lieu du crime d'André Téchiné (1985) Corps et Biens de Benoît Jacquot (1986) ou encore Quelques jours avec moi de Claude Sautet (1987). A partir des années 90, Danielle Darrieux fait des apparitions plus fréquentes à la télévision et continue à faire des apparitions régulières au Cinéma (Ca ira mieux demain de Jeanne Labrune, 1999 ; 8 femmes de François Ozon, 2001).

Claude Dauphin
1903-1978

Un extrait Vidéo       Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :   DVD.14.N.


Tout en bas     Top


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 19
Aujourdhui : 22
Ce mois : 11 261
depuis le 24/11/10 : 746 703

joomla statistics

View My Stats