Œdipe roi - Un Film de Pier Paolo Pasolini - 1967 - Avec Franco Citti


Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24

















         "Translation"  "Astuce"       Un extrait vidéo de ce film  Nuages de mots-clés     

Les liens et les images du tableau ci-dessous s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre (sauf l'affiche du film qui vous dirige vers un extrait vidéo)





Œdipe roi

            

            

Vous pouvez bookmarquer la page en survolant    

Œdipe roi (film, 1967)

Titre original : Edipo re

Œdipe roi est un film italien réalisé par
Pier Paolo Pasolini en 1967.

Il est inspiré de la tragédie de Sophocle portant le même
nom et plus spécifiquement du mythe d'Œdipe.

Le film a été tourné au Maroc, Pasolini choisissant pour
décor des ruines antiques en l'état, sans chercher à les
rénover ou utiliser des décors fictifs - ce qui lui
confère une atmosphère étrange, presque mystique.

Résumé :

Les premières scènes montrent le bonheur d'un nouveau né
jouant avec sa mère au début du XXe siècle, puis
l'irruption du père jaloux en uniforme militaire, figure
austère et symboliquement violente.

On est ensuite transporté dans la Grèce antique où
Œdipe, fils du roi de Thèbes, encore bébé et voué à la
mort suite à une prophétie prévoyant le meurtre du père
et l'inceste avec la mère, est discrètement sauvé et
recueilli par la famille royale de Corinthe. Devenu
adulte, le jeune homme prend connaissance de la prophétie
et cherche à s'éloigner de ceux qu'il croit être ses
parents. Guidés par le hasard et le destin, ses pas le
mènent vers Thèbes. Sur la route il tue un homme suite à
une altercation – sans savoir qu'il s'agit de son véritable
père. Arrivé à Thèbes il libère la ville de l'oppression du
Sphinx et reçoit en récompense le trône de la ville ainsi que
la main de la reine veuve - sans savoir qu'il s'agit de sa
véritable mère. Mais bientôt la ville est touchée par le fléau
de la peste : consultant un oracle, Œdipe, après l'avoir nié
de toute son âme, finit par se rendre compte de la
vérité : la prophétie s'est accomplie. Il se crève alors les
yeux de désespoir et s'enfuit de la ville.

Les dernières scènes, de retour au XXe siècle, montrent un
homme aveugle joué par le même acteur qu'Œdipe, guidé par un
jeune garçon à travers les rues d'une ville moderne.

Fiche technique :

Titre français : Œdipe roi 
Titre original : Edipo re 
Réalisation et Scénario : Pier Paolo Pasolini
 
Inspiré par la tragédie Œdipe roi de Sophocle et
par le mythe d'Œdipe.
 
Assistant réalisateur : Jean-Claude Biette 
Producteur : Alfredo Bini 
Images : Giuzeppe Ruzzolini 
Montage : Nino Baragli 
Opérateur : Otello Spila 
Décors : Luigi Scaccianoce
 
Musique : Quatuor en ut majeur K 465 de Mozart
chants populaires roumains, musique japonaise ancienne
 
Extérieurs : Italie du Nord et Maroc 
Intérieurs : Studios Dino de Laurentiis Cinematografica S.p.A. 
Procédé Eastmancolor 
Film italien 
Durée : 104 minutes 
Date de sortie : 1967 
Genre : drame 

Distribution :

Franco Citti : Œdipe 
Silvana Mangano : Jocaste 
Alida Valli : Mérope 
Carmelo Bene : Créon 
Julian Beck : Tirésias 
Luciano Bartoli : Laïus 
Francesco Leonetti : Serviteur de Laïus 
Ahmed Bellashmi : Polibe 
Giandomenico Davoli : Berger de Polybe 
Ninetto Davoli : Anghelos-Angelo 
Pier Paolo Pasolini : Le grand prêtre 
Jean-Claude Biette : un prêtre

La dimension autobiographique :

Dès les premières scènes on s'en rend compte: le père
d'Œdipe est un militaire, comme celui de
Pier Paolo Pasolini. Des éléments renvoyant à la vie
du réalisateur se succèdent ainsi régulièrement tout le
long du film. Les acteurs jouent de façon très forcée, et
l'on pourrait penser que c'est un défaut du film, mais
c'est oublier que l'ambition du réalisateur était
justement là. Pasolini a fait de l'anti-naturalisme l'un
de ses chefs de guerre, et ce film nous le montre bien.
Il privilégie l'esthétique des corps, des expressions à
leur réalisme, et réussi à les transformer, comme un
peintre préférant le maniérisme au réalisme.

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.40.D.


      


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 3
Aujourdhui : 255
Ce mois : 11 293
depuis le 24/11/10 : 792 648

joomla statistics

View My Stats