La Mort en ce jardin - Un Film de Luis Buñuel - 1956 - Avec Georges Marchal


Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24

















         "Translation"  "Astuce"       Un extrait vidéo de ce film  Nuages de mots-clés     

Les liens et les images du tableau ci-dessous s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre (sauf l'affiche du film qui vous dirige vers un extrait vidéo)





La Mort en ce jardin

        

Vous pouvez bookmarquer la page en survolant    

La Mort en ce jardin

La Mort en ce jardin est un film franco-mexicain réalisé par
Luis Buñuel et sorti en 1956.

Synopsis :

Pour échapper à la répression policière suite à la révolte des chercheurs
d’une mine de diamants, un groupuscule, guidé par l’aventurier
Chark, s’enfonce dans la forêt vierge et va devoir affronter ses mille
et un dangers…

Thèmes et contexte :

Ce film d’aventures est empreint du symbolisme cher au
réalisateur : la religion (le prêtre Michel Piccoli), la chair, l'argent
et les institutions (Simone Signoret en prostituée, Charles Vanel en
propriétaire terrien) côtoient la pureté (Michèle Girardon en sourde-muette) dans
un vent de révolte (l'aventurier Georges Marchal). Surréalisme avec les scènes
de la prostituée en robe du soir au milieu de la jungle et de l’authentique
vierge aux prises avec les forces naturelles (sa chevelure emmêlée à celle d’une
autre vierge, la forêt) et renouveau d’un monde enfin épuré : le guide et la
vierge voguant ensemble sur une mer étale…

Fiche technique :

Titre : La Mort en ce jardin 
Titre mexicain : La Muerte en el jardín 
Réalisateur : Luis Buñuel
 
Scénario : Luis Buñuel, Raymond Queneau, Luis Alcoriza d’après le roman
éponyme de José-André Lacour (Éditions Julliard, 1954)
 
Dialogues : Raymond Queneau, Gabriel Arout 
Musique : Paul Misraki 
Directeur de la photographie : Jorge Stahl Jr. 
Ingénieurs du son : Maurice Laroche, José de Perez 
Décors : Edward Fitzgerald 
Costumes : Georgette Somohano 
Maquillages : Román Juárez 
Scripte : Colette Crochot 
Monteurs : Marguerite Renoir, Denise Charvein, Luis Buñuel 
Période de tournage : 15 mars au 15 juin 1956
 
Tournage extérieur au  Mexique : Catemaco et Cosamaloapan dans l’État de
Veracruz, Molino de Flores et Texcoco dans l’État de Mexico
 
Pays d’origine :  France,  Mexique 
Producteur : David Magne 
Producteur délégué : Óscar Dancigers 
Producteur exécutif : Léon Carré 
Sociétés de production : Dismage (France), Producciónes Tepeyac (Mexique) 
Distributeur d'origine : Cinédis
 
Format : couleur par Eastmancolor — 1.37:1 — son
monophonique (Western Electric Sound System) — 35 mm
 
Genre : drame, film d'aventure 
Durée : 99 minutes 
Dates de sortie : 
21 septembre 1956 en  France 
9 juin 1960 au  Mexique 

Distribution :

Georges Marchal : Chark 
Simone Signoret : Djin 
Michel Piccoli : le père Lizzardi 
Michèle Girardon : Maria Castin 
Charles Vanel : Castin 
Federico Curiel : non crédité

Autour du film :

Simone Signoret : « La Mort en ce jardin n’est sûrement pas le plus grand
film de Buñuel, mais ces trois mois de tournage au Mexique ont compté pour
moi, Michel Piccoli et Charles Vanel, comme des vacances inoubliables.
Peut-être aussi pour Georges Marchal mais, comme je ne l’ai plus guère
revu, je n’ai pas eu l’occasion de radoter avec lui comme je le fais
aujourd’hui encore avec Charles et Michel, ou encore avec Colette Crochot, la
scripte. D’abord, il y avait Buñuel ; tous les acteurs qui ont travaillé avec
lui l’ont déjà dit avant moi : passer sa journée avec Don Luis, ce n’est pas
aller au travail, c’est s’amuser. Et puis il y avait Óscar. Óscar Dancigers, le
plus russe des producteurs mexicains, après avoir été le plus russe des
émigrants, le plus russe des charmants Russes — je pense à Kessel et à Tola Litvak.
Et puis il y avait mes deux complices, Vanel et Piccoli, et des mystifications
énormes, et des batailles à coups de verres d’eau, qui devinrent des seaux d’eau.
Enfin, il y avait le Mexique. Je défie qui que ce soit de ne pas tomber amoureux
du Mexique — je ne parle pas des paysages, je parle des gens.
J’ai l’air folklorique en parlant comme ça : tant mieux, le folklore a
quelquefois du bon, quand il exprime son sens réel, c'est-à-dire quand il
s’applique au mot « peuple ». J’irai même jusqu’à dire pueblo. »

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.48.G.


      


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 7
Aujourdhui : 290
Ce mois : 8 175
depuis le 24/11/10 : 804 111

joomla statistics

View My Stats