Des Pissenlits par la Racine - Un Film de Georges Lautner - 1964 - Avec Francis Blanche


Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24

















         "Translation"  "Astuce"       Un extrait vidéo de ce film  Nuages de mots-clés     

Les liens et les images du tableau ci-dessous s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre (sauf l'affiche du film qui vous dirige vers un extrait vidéo)





Des Pissenlits par la Racine

        

        

Vous pouvez bookmarquer la page en survolant    

Des pissenlits par la racine

Des pissenlits par la racine est un film de Georges Lautner, sorti
en 1964, soit un an après Les Tontons flingueurs.

Synopsis :

Jo Arengeot et "Pommes-chips" viennent de sortir de prison.
Jo demande à Pommes-chips de jouer pour lui au tiercé.
Enfin, Pommes-chips retrouve Jack, un rival amoureux, et
le poursuit pour le tuer. Finalement, c'est Jack qui tue
Pommes-chips, avant que Jo ne découvre qu'il a gagné au
tiercé, et n'essaie de récupérer son ticket.

L'histoire complète :

À sa sortie de prison, Riton, dit veut se venger de
Jockey Jack, qui lui a soufflé la belle Rocky la
Braise, laquelle lui servait de compagne et de gagne-pain.
La poursuite conduit les deux hommes dans les coulisses
d'un théâtre où se produit Jérôme Martinet, cousin de Jack.
Celui-ci, menacé d'un couteau, tue accidentellement Riton.
Il enferme le corps dans l'étui de la contrebasse de Jérôme
et lui-même se cache dans un panier à costumes étui et
panier sont transportés au septième étage d'un
immeuble, chez Pierre Michon - partenaire de Jérôme - qui
donne une grande fête. Rocky et Jo s'isolent dans une
chambre pour vivre leur passion, avant de découvrir le
corps de dans l'étui. Forte émotion pour Rocky, qui
s'évanouit et ne retrouve ses esprits que grâce à
l'intervention zélée de Gratiopoulos, milliardaire de
métier Jack sort de son panier et doit s'expliquer devant
Jérôme et Michon, survenus à leur tour dans la pièce.
Tout ce petit monde est prié de quitter les lieux avec
le paquet encombrant, et y parvient malgré l'arrivée
inopinée d'un inspecteur de police. Jérôme n'a plus
le choix : il doit héberger cette sangsue de Jack chez
oncle Absalon. Le matin, au réveil, les deux hommes
constatent la disparition du cadavre, remplacé par un
squelette. Explication : employé au
Muséum d'Histoire Naturelle, Absalon arrondit ses fins
de mois en dépeçant des cadavres pour les facultés.
Jo exulte : il vient de gagner le tiercé dans l'ordre.
Mais c'est qui a joué pour lui et qui a gardé les
tickets, dans la poche extérieure de sa veste, celle-là
même que, depuis, arbore Absalon. Rocky, Jo et son ami
mettent dès lors tout en œuvre pour récupérer le passeport
de la fortune. Ils y parviennent, mais devant le guichet
du PMU, Jo constate avec horreur que ses tickets ne sont
pas ceux qu'il avait fait miser. Le ticket gagnant est
entre les mains de Jérôme. Alors Jo, grand spécialiste, fait
un faux. Il retournera en prison, tandis que sa belle
Rocky, cœur éploré, patientera en goûtant au luxe aux
côtés de Jérôme.

Fiche technique :

Réalisation : Georges Lautner
 
Scénario : D'après le roman de Clarence Weff (Y'avait un macchabée)
(éditions: Gallimard)
 
Adaptation : Georges Lautner, Serge Valetti, Clarence Weff
Albert Kantof
 
Dialogue : Georges Lautner, Serge Valetti, Clarence Weff
supervisé par Michel Audiard
 
Assistants réalisateur : Albert Kantof, Olivier Pierre, Claude Vital
 
Images : Maurice Fellous
 
Opérateur : Loulou Pastier, assisté de Yves Rodallec
et Étienne Rosenfeld
 
Musique : Georges Delerue - Blues chanté par Janine de Waleyne
(éditions: Robert Salvet)
 
Décors : Jacques Chalvet
 
Son : Antoine Archimbaud - Mixage : Louis Perrin
 
Montage : Michèle David, assistée de Gina Pignier
 
Photographe de plateau : Jean-Louis Castelli
 
Maquillage : Maguy Vernadet
 
M. Darc est habillée par Ferraud et coiffée par Carita
 
Régisseur général : Jean Pieuchot
 
Chef électricien : Elie Fontanille 

Assistant manager : Gérard Crosnier
 
Administrateur : Madeleine Feix
 
Script-girl : Hélène Sébilotte
 
Pellicule 35mm, noir et blanc
 
Tirage : Laboratoire C.T.M de Gennevilliers
 
Mixage : Poste Parisien (Louis Perrin)
 
Production : Ardennes Films, Transiter Films, Cocinor
(Comptoir Cinématographique du Nord)
Les Films Marceau, Columbus Films (Franco-Italienne)
 
Directeur de production : Adeline Crouset
 
Distribution : Cocinor
 
Genre : Comédie
 
Durée : 95mn
 
Première présentation le 06/05/1964


Distribution 

Michel Serrault : Jérôme Martinet, acteur contrebassiste 
Maurice Biraud : Jo Arengeot, un petit truand sortant de prison 
Mireille Darc : Rockie «La Braise», la femme entretenue
 
Louis de Funès : Jacques, le cousin de Jérôme
dit: "Jockey-Jack", petit truand
 
Francis Blanche : L'oncle Absalon, le savant farfelu 
Venantino Venantini : Pierre Michon, l'acteur 
Raymond Meunier : «La Douane», un complice de Jo 
Bice Valori : La tante Olphie (non créditée)
 
Gianni Musy : Riton «Pommes-Chips», le petit truand assassiné
( voix : André Weber)
 
Darry Cowl : Gratiopoulos, le milliardaire à la soirée
 
Jacqueline Rivière : Dorothée, l'ex-collègue
musicienne de Jérôme
 
Malka Ribowska : La comédienne qui joue la comtesse Natacha 
Barbara Brand : La comédienne qui joue Sonia 
Hubert Deschamps : Le général Fréderic Cédille 
Yves Barsacq : L'inspecteur de police 
Guy Grosso : Emile, le barman 
Colette Régis : Christine, la maîtresse de maison
 
Raymone : Palmyre, la folle qui chante
"Y'a un cadavre dans la contrebasse"
 
Charles Bouillaud : Léon, le concierge du théâtre 
Emile Riandreys : Le régisseur machiniste du théâtre 
Michel Dacquin : Le pasteur dans l'ascenseur 
Michel Dupleix : Un accessoiriste 
Simone Landry : Une invitée de Christine 
Hélène Laffly  : Une invitée de Christine 
Pierre Bataille 
Roger Paschel 
Paola Barbara
 
Marcel Bernier : Un accessoiriste qui "pelote"
Rockie dans l'ascenseur
 
Albert Michel: Un joueur de tiercé 
Marc Arian : Un joueur de tiercé/Un figurant au théâtre 
Anne-Marie Blot: La fille à la casquette à la soirée 
Philippe Castelli : L'interne de l'hôpital au téléphone 
Andrès : un invité à la soirée 
Georges Billy : un invité à la soirée 
Léon Zitrone : La voix commentaire du tiercé

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.42.J.


      


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 10
Aujourdhui : 187
Ce mois : 7 096
depuis le 24/11/10 : 803 032

joomla statistics

View My Stats