Baisers volés - Un Film de François Truffaut - 1968 - Avec Jean-Pierre Léaud


Recherche Google
Champ de recherche ci-dessus - Search field above - Commandes et Astuces de Google  Envoyer un mail  

Des centaines d'extraits vidéos à ne pas manquer...
X

Channel - YouTube Playlist - YouTube  Channel - Dailymotion  Playlist - Dailymotion

La Liste des Artistes et des Musiciens    La Liste des Films    Rechercher des titres de Films
Music Player - Cinéma

Music Player - Lecteur de Musique



Besoin de parler et de se sentir un peu moins seul : 01.78.52.91.40 - 24h/24

















         "Translation"  "Astuce"       Un extrait vidéo de ce film  Nuages de mots-clés     

Les liens et les images du tableau ci-dessous s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre (sauf l'affiche du film qui vous dirige vers un extrait vidéo)





Baisers volés

        

Vous pouvez bookmarquer la page en survolant    

Baisers volés

Baisers volés est un film français de François Truffaut sorti en 1968.
Il s'agit du deuxième volet des aventures d'Antoine Doinel.

Comédie dramatique de François Truffaut (1968)
 
Avec : Jean-Pierre Léaud , Delphine Seyrig
Claude Jade , Michael Lonsdale , Harry-Max
André Falcon , Daniel Ceccaldi , Claire Duhamel
Catherine Lutz, Martine Ferrière, Jacques Rispal
Marie-France Pisier, Serge Rousseau, Paul Pavel 

Durée : 1h30mn

Tout Public / Couleur / MONO / 16:9
 
Résumé :

Antoine Dolnel quitte la prison à la suite d'un service militaire dont le moins
qu'on puisse dire est qu'Antoine n'y a pas été très apprécié par ses chefs.
Retrouvant la vie civile et sa petite mansarde à Montmartre, Antoine se presse
d'aller revoir Christine, une jeune fille qu'il aime d'un amour presque sans
espoir. Il lui faut aussi trouver du travail. Le père de Christine lui indique
l'adresse d'un hôtel où on a besoin d'un veilleur de nuit. Antoine y va mais, à
l'aube de sa première nuit de travail, iI se fait renvoyer car il n'a pas su
empêcher un détective privé de venir faire un constat d'adultère. Le détective
privé propose à Antoine de travailler dans son agence. Antoine devient donc
détective privé.
Il a de nombreuses enquêtes et filatures à mener. Un jour, un riche marchand de
chaussures vient demander à l'agence une enquête d'un genre un peu spécial ; il
veut savoir pourquoi il est partout détesté, par sa femme, par ses vendeuses, etc.
Pour le découvrir, Antoine est employé par le marchand comme manutentionnaire.
Et là, il rencontre la révélation de sa vie : l'épouse du marchand, Fabienne
Tabard, qui est pour lui comme une apparition et un symbole de l'Amour idéal.
Mais, créature de chair et de sang nullement angélique, Fabienne vient dans la
mansarde du jeune homme s'offrir à lui, à condition qu'il ne cherche jamais
à la revoir après. Antoine accepte. Evidemment, il a dû quitter l'agence de
détectives.
Il est devenu réparateur de télévision. À la suite d'une petite
brouille, Christine, qui s'ennuie d'Antoine, a fort envie de le revoir.
Elle démolit exprès son poste de télé et appelle un réparateur : c'est Antoine
qui survient. Après l'avoir longtemps fait attendre, elle se donne enfin à lui.
Alors qu'ils se promènent ensemble un jour dans un parc, un inconnu qui a suivi
depuis plusieurs jours Christine s'adresse à elle et lui tient un discours
mystérieux : il est, dit-il, l'homme fait pour elle, l'homme avec qui elle vivra
définitivement. Il la presse d'abandonner ses relations provisoires.
« C'est un fou » dit Christine. Antoine, lui, n'en est pas si sûr.

Distribution :

Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
Claude Jade : Christine Darbon
Daniel Ceccaldi : Lucien Darbon
Delphine Seyrig : Fabienne Tabard
Michael Lonsdale : Georges Tabard
Claire Duhamel : Madame Darbon
Serge Rousseau : l'inconnu
Harry-Max : Monsieur Henri
André Falcon : Monsieur Blady
Albert Simono : Albani
Catherine Lutz : Catherine
Paul Pavel : Julien
Martine Ferrière : Mme Turgan
Marie-France Pisier : Colette Tazzi
Jean-François Adam : Albert Tazzi
François Darbon : Adjudant Picard
Jacques Robiolles : le tapeur
Jacques Rispal : Colin
Martine Brochard : Mme Colin
Chantal Banlier : une vendeuse chez Tabard

Récompenses :

Prix Louis-Delluc 1968
Prix Fémina Belge 1969
Grand prix du cinéma Français
Prix Méliès en 1968
Prix du British Film Institute
Prix de la Hollywood Foreign Association

Anecdotes :

Baisers volés doit son titre au refrain de la chanson de
Charles Trenet (1942), Que reste-t-il de nos amours ?
(«Bonheur fané, cheveux au vent, Baisers volés, rêves mouvants»), servant
de générique au film.
Tiré d’affaire grâce à son comité de soutien très « people », c’est
Henri Langlois qui pousse Truffaut à faire une suite « au petit couple » et
celui-ci fait se marier Antoine/Léaud et Christine/Claude Jade dans
Domicile Conjugal (1970) ; de même Marie-France Pisier incite
Truffaut à mettre fin à l'aventure Doinel avec L'Amour en fuite (1979).

Lieux de tournage :

Le magasin de chaussures censé appartenir à M. Tabard est la boutique de
chaussures Maralex qui existe toujours à Paris dans le XVIème arrondissement.
Toutes les scènes dans l'appartement du couple Tabard ont été tournées dans
l'appartement de Michael Lonsdale.

Un extrait Vidéo    Ouvrir le lien Hypertexte

Enregistrement :     DVD.51.X.


      


Top  

Nombre de visiteurs
Actuellement : 6
Aujourdhui : 92
Ce mois : 14 657
depuis le 24/11/10 : 825 578

joomla statistics

View My Stats